Ce poison qui détruit vos os….

Ce poison qui détruit vos os….

Les statistiques montrent que les Américains boivent plus de soda plus que jamais. Il représente plus de 25 % des boissons consommées aux États-Unis. Plus de 15 milliards de gallons ont été vendus en 2000, environ d’un bidon de 12 onces par jour pour chaque homme, femme et enfant.

L’Internet est chargé avec des informations sur l’effet dévastateur de cette dépendance extrêmement malsaine, mais dans le cas où cela ne suffit pas pour vous, nous vous donnons quelques informations qui vous ouvriront les yeux. Au moins c’est ce que nous espérons.
Ostéoporose

Soda et de l’ostéoporose : Soda comprend la caféine et l’acide phosphorique dans son contenu.

L’étude de l’ostéoporose de Framingham a testé la densité minérale osseuse (DMO) de 1413 femmes et 1125 hommes en 2006 et elle a découvert que la consommation régulière de Cola a provoqué une réduction significative de la DMO au niveau des hanches de sujets féminins, qui sont beaucoup plus sensibles à la perte osseuse par rapport aux hommes.

Selon plusieurs études, la cause de ce phénomène est une quantité excessive de phosphore, ce qui empêche l’absorption du calcium. En outre, les experts affirment que l’acide phosphorique dans le soda conduit à une fuite de calcium sur les os.

Une autre étude a révélé que la consommation de 330 mg de caféine ou quatre tasses de café conduit à la perte osseuse. On croit que la caféine interfère avec l’absorption du calcium et provoque une perte de calcium par l’urine.

Par conséquent, le soda doit être évité à tout prix dans le cas de l’ostéoporose ou les maladies qui empêchent l’absorption du calcium comme la maladie de Crohn, ainsi que par les personnes âgées de 50.

Obésité : Si vous avez besoin de quelque chose à blâmer parce que vous avez un poids supplémentaire, il peut être votre boîte préférée de soda. Les boissons gazeuses sont parmi les causes de l’obésité. Une canette de soda vous donne une livre supplémentaire de poids chaque mois.

Si vous pensez de passer à la soude de régime, il est encore plus dangereux et nocif, car il est emballé avec des édulcorants artificiels qui peuvent déclencher une gamme complète de problèmes hormonaux et physiologiques qui finissent par faire grossir.

Cirrhose : Une consommation excessive de soude augmente le risque de cirrhose de façon spectaculaire, ce qui est, exactement, arrive aux alcooliques chroniques.

La carie dentaire : Les boissons gazeuses endommagent l’émail des dents. Il est très acide et sa composition chimique peut causer encore plus de dommages à vos dents.

images

Les calculs rénaux et la maladie rénale chronique : Votre Cola  préféré est très enrichi de l’acide phosphorique qui est connu pour sa capacité à influer sur les voies urinaires. Ces changements vont dans la mesure où, éventuellement, vous aurez des reins remplis de pierres. En consommant des canettes de 12 onces vous augmentez réellement le risque de formation de calculs rénaux de 15%

Malgré toutes ces informations, un grand nombre de gens ne voient malheureusement pas ce que le soda peut entrainer comme dommages sur leur corps et continuent à le consommer tous les jours.

Voulez-vous améliorer radicalement votre santé?

Remplacer la soude et d’autres boissons sucrées avec de l’eau propre et pure.

Normaliser votre taux d’insuline est l’une des actions physiques les plus puissants que vous pouvez prendre pour améliorer votre santé et réduire le risque de cancer.

Une bonne santé vous pouvez l’avoir facilement par une alimentation saine et l’exercice.

S’il vous plaît visitez le message original ici. Cet extrait (en anglais)  a été publié avec la permission du Real Farmacy.

Sérénité et Gratitude,

P.C

Connaissez-vous le minimalisme alimentaire ? (FAST-5)

Connaissez-vous le minimalisme alimentaire ? (FAST-5)

Merci à Damien Casoni pour cet article qui résume ma pratique alimentaire (ou du moins ce vers quoi je tends…:-))

Les premiers hommes vivaient ainsi car ils ne connaissaient ni l’élevage ni l’agriculture.

Plus tard, les dévots le pratiquaient pour se purifier et se rapprocher de leurs dieux.

Aujourd’hui, un nombre croissant d’occidentaux le redécouvrent et en tirent des bienfaits aussi variés qu’une perte de poids durable et une longévité scientifiquement prouvée…

• Le minimalisme alimentaire : le jeûne intermittent
Définition :

• Jeûne : période d’abstention alimentaire volontaire = ni manger ni boire quoique ce soit de calorique.

• Intermittent : de manière épisodique, sur des durées relativement courtes.

Sauter un repas est donc une forme simple de jeûne intermittent, bien que les jeûnes les plus efficaces requièrent une durée de 16 à 24 heures.

Bande, Fourche, Régime Alimentaire, La Santé, Perte

Le jeûne que je pratique est appelé Fast-5, et vous pouvez télécharger un livre numérique GRATUIT et complet par l’auteur de cette méthode ici même : www.fast-5.com

Je vous le résume cependant en deux phrases :

Il s’agit de manger à volonté… uniquement dans une fenêtre régulière de 5 heures toutes les 24 heures.

En dehors de ces 5 heures ou tout est permis, aucune calorie ne doit être ingérée. Sont donc uniquement autorisés l’eau (et en quantité !), le thé et le café (sans sucre évidemment).

• Mais pourquoi tu fais ça ?!

Car comme beaucoup de monde je suis un obsédé de la bouffe.

Car comme un nombre croissant d’occidentaux je suis en surpoids, depuis plus d’une dizaine d’années, et je refuse de continuer ainsi !

J’ai donc cherché, et trouvé par le Fast-5, un moyen à long terme de changer mes habitudes alimentaires pour arriver à réussir mon défi qui est le suivant :

En juin 2012, je serais passé de 104 cm à 94 cm de tour de taille, en optimisant mon alimentation (par le jeûne intermittent et un choix de nourriture de qualité) et en augmentant mes exercices physiques.

• Est-ce vraiment bon pour la santé ?

Les bénéfices du jeûne intermittent semblent impressionnants et sont corroborés par de nombreux pratiquants :

  1. une perte de gras assez rapide (500 g par semaine en moyenne)
  2. une stabilisation de l’insuline, bénéfique pour les diabétiques et qui empêche la reprise de poids typique des régimes yo-yo
  3. une réduction de la pression sanguine
  4. une sensation de faim diminuée sur le long terme
  5. une attirance accrue pour la nourriture saine
  6. une énergie croissante au quotidien
  7. une sensation de clarté mentale inégalée
  8. une longévité assurée grâce au principe de Restriction Calorique

Que de belles promesses ! Sont-elles vraies ?

Comme toujours, il n’y a qu’une seule façon de le vérifier : essayer par soi-même !

Voici pourquoi après avoir relaté mon chemin vers la simplicité matérielle, ce blog servira maintenant également à suivre mon Raccourci Minimaliste vers la minceur, la santé et la vitalité !

Bande, Avis, Stylo, Régime Alimentaire

Je suis persuadé que vous avez de nombreuses questions et arguments sur le sujet du jeûne intermittent. Je compte bien en parler donc dans les semaines qui suivent mais en attendant je ne saurais que trop vous conseiller de faire vos propres recherches sur le sujet, en français, ou en anglais sous le terme « Intermittent Fasting ».

Je suis également persuadé qu’il se trouve parmi vous des pratiquants du jeûne volontaire, sous quelque forme que ce soit.

Ce serait en ce cas un plaisir que d’avoir ci-bas votre petit témoignage sur votre expérience.

Quelle méthode avez-vous ou pratiquez-vous encore aujourd’hui ?

Comment l’avez-vous découverte ?

Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Au plaisir de vous lire !

Paix et Gratitude,

P.C

Phytothérapie : le giroflier antiseptique & apaisant

Phytothérapie : le giroflier antiseptique & apaisant

Tout le monde connaît le clou de girofle : c’est le bouton floral du giroflier. De l’Orient à l’Occident, il est considéré comme une épice très appréciée en cuisine, mais aussi en médecine.

Originaire d’Indonésie, le giroflier (Syzygium aroma­ticum) est un arbre appartenant à la famille des Myrtaceae comme les eucalyptus, le tea tree et le niaouli. Le clou de girofle fait partie des souvenirs d’enfance. Nos grands-mères en piquaient dans les oranges pour réaliser des « pommes d’ambre » qui éloignaient les mites. Ou dans les oignons, qu’elles glissaient dans le pot-au-feu. En Orient, il entre dans la composition du curry.

C’est au Moyen Âge qu’on découvre le giroflier en France. On l’appela longtemps Eugenia caryophyllus, Eugenia signifiant en grec « bien-née », car le clou de girofle, notamment son huile essentielle, est connu pour déclencher les contractions lors de l’accouchement.

De nos jours, il est régulièrement utilisé en cuisine pour sa saveur chaude et légèrement âcre, tandis que son huile essentielle présente un grand intérêt thérapeutique. Elle est très riche en eugénol (70 à 80 %), un phénol dont les propriétés antiseptiques ne sont plus à prouver. Toutefois, les huiles essentielles contenant des phénols sont dermocaustiques (irritantes pour la peau) et présentent un risque de toxicité pour le foie.

L’odeur particulière du clou de girofle est aussi la « madeleine de Proust » de nos séances chez le dentiste. Un souvenir olfactif que l’on peut ainsi associer à ses principales vertus médicinales : antiseptique, cicatrisant et anesthésiant.

FACILITER LA DIGESTION

Une infusion pour stimuler les intestins paresseux et diminuer les ballonnements.

La recette

Mettre 5 clous de girofle avec 5 feuilles de laurier noble froissées et 4 feuilles de menthe poivrée dans 1 litre d’eau frémissante. Couvrir, puis laisser infuser pendant 10 à 15 minutes.

Comment l’utiliser?

Boire une tasse après les repas.

SOULAGER UN APHTE

Apaisante et naturelle, cette préparation aide la muqueuse buccale à cicatriser en cas d’aphtes.

La recette

Mettre 1 cuillerée à café de faisselle dans un verre, ajouter 3 gouttes d’HE (huile essentielle) de giroflier et 3 gouttes d’HE de laurier noble. Mélanger.

Comment l’utiliser?

Garder en bouche 1 cuillerée à café du mélange pendant 2 à 3 minutes, en veillant à ce qu’il soit en contact avec toute la muqueuse, puis le recracher.

Renouveler l’opération 3 ou 4 fois par jour pendant 3 à 5 jours.

LUTTER CONTRE UNE GINGIVITE

Ce bain de bouche soulage efficacement l’inflammation des gencives.

La recette

Mettre 6 clous de girofle et 50 g de sommités fleuries de thym dans 1 litre d’eau frémissante. Couvrir et laisser infuser pendant 10 à 15 minutes. Filtrer.

Comment l’utiliser?

Faire des bains de bouche 3 ou 4 fois par jour, pendant 5 ou 6 jours. Cette préparation peut être utilisée pour faire des gargarismes en cas de mal de gorge.

SOIGNER UN PETIT ABCÈS

Un mélange pour désinfecter les petites plaies qui risquent de s’infecter.

La recette

Verser dans le creux de la main 5 ml de macérât huileux de calendula. Ajouter 1 goutte d’HE de giroflier, 2 gouttes d’HE de laurier noble et 2 gouttes d’HE de myrrhe.

Comment l’utiliser?

Masser l’abcès 3 à 5 fois par jour jusqu’à sa disparition. Si l’infection persiste et n’évolue pas favorablement au bout de 2 ou 3 jours d’application, consulter un médecin. Se laver les mains avant et après le soin.

CALMER DES DOULEURS ARTICULAIRES

Anti-inflammatoire, cette préparation apaise les douleurs rhumatismales.

La recette

Mettre dans le creux de la main 5 ml de macérât huileux de calendula.

Ajouter 2 gouttes d’HE d’eucalyptus citronné, 2 gouttes d’HE de romarin à camphre et 1 goutte d’HE de giroflier.

Comment l’utiliser?

Masser largement la région douloureuse, 2 à 4 fois par jour pendant 3 jours.

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI

Toujours demander conseil au médecin en cas de grossesse, d’allaitement et de traitement médicamenteux. Même chose pour les enfants en bas âge.

L’huile essentielle de giroflier est irritante pour la peau : bien respecter les doses indiquées. Éviter aussi tout contact entre une huile essentielle et les yeux.

Pour toutes les préparations, bien suivre les protocoles décrits.

Source : Phytothérapie : le giroflier antiseptique & apaisant – Top Santé

Merci à cursichella et au site lesastucesdesteph.com pour cet article.

Paix et Gratitude,

P.C

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

Notre corps est une merveilleuse machine ! Il fait constamment équipe avec nous. Le problème, c’est que nous ne faisons pas toujours équipe avec lui !

Nous encaissons les émotions, les frustrations, les déceptions, les colères, les contrecoups, sans rien dire, sans exprimer ce que nous ressentons vraiment, trop souvent même en étouffant nos émotions pour ne pas les ressentir ou, à tout le moins, pour ne pas les montrer.

Collection d'icônes smiley Vecteur gratuit
Les émotions…

Alors le corps encaisse. Il emmagasine toutes ces émotions, alors que nous les croyons disparues à jamais. Mais non ! Une émotion ne disparaît que lorsqu’elle est vraiment vécue ! Sinon elle s’ancre dans notre corps jusqu’à ce qu’elle trouve un canal pour s’exprimer : une douleur, une blessure, une maladie, un problème quelconque.

Malgré tout, nous continuons notre vie, convaincus que ce que nous avons refoulé a disparu et que nous en sommes débarrassés. Nous poursuivons nos activités comme si de rien n’était mais au premier accroc, un torrent d’émotions refoulées refait surface d’une manière disproportionnée avec l’événement vécu. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Les autres non plus d’ailleurs ! Nous sommes submergés par la violence de nos émotions, alors que le problème actuel ne mérite pas tant d’envergure.

C’est que nos émotions, toutes nos émotions, doivent être vécues, sinon elles risquent de se retourner contre nous. Il ne s’agit pas de les laisser prendre le contrôle de notre vie et de subir leurs drames gigantesques. Il suffit plutôt de les reconnaître, de les ressentir au moment où nous les vivons, et de les accueillir pour ce qu’elles ont à nous apprendre. Chaque émotion a son message pour nous. Nous y reviendrons dans un futur article.

Le plus important, c’est de ne pas refouler. Car si l’émotion ne s’exprime pas, le corps se chargera de lui faire la place nécessaire pour s’exprimer enfin. Même si c’est 20 ans plus tard. Le corps n’oublie jamais. En neurothérapie, nous pouvons observer comment tout ce que notre corps a emmagasiné depuis notre conception est encore bien présent en nous si nous ne l’avons pas laissé s’exprimer. C’est ainsi que naissent les maladies, les malaises, les dépressions, l’anxiété, les douleurs et tant d’autres problèmes.

Pour nous guérir, il nous faut libérer les émotions enfouies. Une fois pour toutes. Ce qui s’exprime alors est libéré de notre corps et de notre vie. Mais il nous faut avoir la volonté de vivre plus léger afin de laisser aller ce qui ne nous sert plus, ce qui nous dessert même trop souvent.

Pour ne plus accumuler d’émotion non vécues, apprenons à les vivre au fur et à mesure. Pour ma part, je m’accorde un laps de temps prédéterminé, selon la gravité de la situation qui crée l’émotion : de quelques minutes à quelques jours. Mais pendant cette période, je vis intensément l’émotion et je ne me contrains pas à l’étouffer. Ainsi, elle « passe » beaucoup plus rapidement et je passe en mode solution bien plus facilement, une fois que j’ai laissé sortir ce qui me faisait souffrir. Le truc, c’est de ne pas se complaire dans la souffrance, d’où l’importance de se donner une période maximale pour exprimer ce qui a besoin de l’être.

Vivre tout ce qui nous est présenté, sans refuser l’expérience, mais en sortir grandi : n’est-ce pas là le secret de la fluidité dans notre vie ?

Merci à Diane Gagnon pour cet article inspirant..

Paix et Gratitude,

P.C

Pourquoi faire la sieste ?

Pourquoi faire la sieste ?

Pourquoi faire la sieste ?

Sieste

 

À partir de 10 min elle est réparatrice et offre beaucoup de vertus pour la santé si vous ne dépassez pas 30 min à 1 heure. Voilà cinq bonnes raisons de s’y mettre.

Elle stimulera vos idées et surtout votre créativité

En augmentant la mémoire, la vigilance et l’attention, elle favorise la créativité et aide à résoudre des situations épineuses ou autres problèmes. Elle est presque imposée au Japon et les sociétés françaises commencent tout doucement à suivre l’exemple. En comparaison, elles ont remarqué que des employés qui s’assoupissaient après leur repas, étaient plus productifs. Ne lésinez pas sur votre repos en été, pour préparer votre retour au travail.

Elle permet une récupération de la fatigue accumulée

Entre somnolence et autres insomnies, la fatigue est en croissance constante. Dormir quelques minutes chaque jour en été permettra de vous libérer de la fatigue amasser durant l’année. Et malgré les « ont dit », elle ne contrariera pas votre coucher du soir, tant qu’elle reste inférieure à une heure. Bien au contraire, elle aide au sommeil nocturne. C’est un véritable allié pour être en forme toute la journée.

Votre cœur vous remerciera

Elle favorise une bonne condition cardiaque : elle aide votre système cardiovasculaire à récupérer, et diminue votre pression sanguine. Lorsque vous émergez après une sieste, votre corps libère deux hormones : la noradrénaline et l’adrénaline, qui augmentent le rythme cardiaque. Dans une étude grecque parue en 2007, on apprenait qu’une sieste de 30 minutes baissait de plus de 30% le risque de décéder d’un problème cardiaque. De plus elle aide à augmenter les performances sportives.

L’antidote rêvé ?

L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) le considère comme traitement non médicamenteux très efficace comme antalgique. Douleurs articulaires, musculaires ou encore migraines ne lui résiste pas et diminuent significativement, même après une courte sieste. Toujours selon l’INSV, être mieux reposé, permettrait d’éviter les vitamines, stimulants et autres antihypertenseurs (contre l’hypertension artérielle). Donc à choisir, préférez une cure de sommeil plutôt qu’une cure de compléments alimentaires à l’automne.

Vos défenses immunitaires seront revigorées

Si vous ne dormez pas suffisamment, cela aura une incidence sur une protéine aux propriétés antivirales et par conséquent sur votre résistance aux infections. Même un court assoupissement permet de remettre à niveau vos protéines et hormones qui contribuent à combattre le stress, et qui participent également au bon fonctionnement du système immunitaire. N’hésitez pas à bien dormir pour être prêt à affronter les virus et rhumes automnales.

En savoir plus sur http://www.grands-meres.net

Paix et Gratitude,

P.C

Mieux dormir grâce au yoga

Mieux dormir grâce au yoga

Les bienfaits des torsions et des flexions avant, pour passer une bonne nuit de sommeil grâce à notre yoga du soir.

Après une longue journée de travail, pour beaucoup d’entre nous, le « travail » continue à la maison : faire à manger, faire le ménage, s’occuper des enfants, etc. Et quand il est finalement l’heure d’aller au lit, nous n’arrivons pas à nous endormir, parce que nous pensons encore à tout ce qui s’est passé pendant la journée.

Le yoga du soir de Gotta Joga combine torsions, étirements et flexions avant. Il calme le corps et l’esprit. Viparita Karani, la posture des jambes au mur, est également extrêmement relaxante. Après cette pratique du soir, vous passerez une bonne nuit.

 

Needle Eye pose with a Twist

 

Les torsions nous aident à digérer, non seulement ce que nous avons mangé, mais aussi toutes nos pensées et évènements de la journée.

Notre système nerveux central est composé de notre cerveau et de notre moelle épinière. Cette dernière est logée à l’intérieur de nos vertèbres, dans notre colonne vertébrale. La plupart des nerfs qui transmettent l’information aux différentes parties de notre corps sont des extensions de notre moelle épinière. Ancrer, allonger, et effectuer des torsions de notre colonne vertébrale, réaligne doucement les vertèbres, et libère des tensions sur les nerfs. Notre système nerveux interprète cette baisse de tension comme une situation « sans stress », et ceci entraîne une relaxation physique et mentale, dans tout notre corps. Enfin, les torsions nous font observer les choses avec une autre perspective (littéralement) : les problèmes nous paraissent alors différents, peut-être plus petits, ou nous leur trouvons des solutions auxquelles nous n’avions pas encore pensé.

 

Evening-wideangleforwardbend-gotta-joga-yoga-app-apple-iphone-photo-maija

 

Les flexions avant calment notre système nerveux. Elles nous tournent vers l’intérieur, et créent les conditions optimales pour être calme et se sentir bien. Elles nous aident à nous ancrer, et nous rapproche mentalement et physiquement de la Terre. Elle nous porte et nous apporte un sentiment de protection, comme quelqu’un qui nous porterait pendant toute notre vie. Comme les torsions, les flexions avant permettent d’allonger la colonne. Nous créons plus d’espace entre les vertèbres et les nerfs. Cet espace permet de relâcher la pression, non seulement dans notre corps, mais aussi dans notre esprit.

Pendant la pratique des torsions et des flexions avant, il est très important de respirer profondément. Parfois, dans ces postures, notre souffle peut devenir moins profond. Au contraire, quand nous respirons profondément dans les postures, nous calmons notre système nerveux et nous nous préparons à passer une bonne nuit.

 

Evening-viparita-gotta-joga-yoga-app-apple-iphone-photo-maija

 

La dernière posture, Viparita Karani, est toujours un bon choix ! Monter nos jambes en l’air sur le mur a de nombreux bénéfices. Cela améliore les maux de dos, aide à faire passer le mal de tête, et repose nos pieds et nos jambes. Viparita Karani nous enseigne aussi que de bonnes choses peuvent se produire en en faisant moins. Sur ces bonnes pensées, une bonne nuit de sommeil viendra plus facilement 😉 !

N’hésitez pas à pratiquer le yoga le soir, avec Gotta Joga – pour mieux dormir.

Pour télécharger l’application sur votre iPhone ou iPad : https://itunes.apple.com/fr/app/gotta-joga-yoga-poses-classes/id880583924?l=en&mt=8

Merci au site http://blog.gottajoga.com pour cette proposition à se tordre avant de dormir…;-)

Paix et Gratitude,

P.C

Les Hormones…

Les Hormones…

Chers lecteurs,

Vivre le printemps, c’est vivre le renouveau. Un renouvellement qui passe avant tout par notre corps, lequel sent bien une nouvelle verdeur le gagner. Tout le monde le sait aujourd’hui, cela passe par les hormones !

Oui, le système hormonal, endocrinien pour être exact, est un système de régulation de notre organisme qui affecte chaque aspect de notre existence. De notre personnalité aussi.

Plus subtil et délicat que le système nerveux, il agit sur nous en profondeur. Pour trouver notre équilibre et notre bien-être, il s’agit donc de bien comprendre comment il fonctionne.

C’est la raison pour laquelle, dans le Plantes & Santé du mois d’avril, nous lui avons consacré un dossier entier. Il le mérite. La nature regorge en effet de moyens permettant de l’entretenir et de le réparer, et nous avons tout à gagner à les connaître !

Les hormones : une magie intérieure

Les hormones sont entrées dans le langage courant, mais elles y ont beaucoup perdu. En effet, on les associe généralement à des comportements irrationnels.

Une femme enceinte a des désirs particuliers ? Ce sont les hormones. Nous tombons amoureux au point d’oublier tout le reste ? C’est la faute aux hormones !

Pourtant, si nos désirs et nos sensations sont commandés par les hormones, c’est qu’elles maintiennent les équilibres internes de notre organisme et les adaptent au monde extérieur. Il convient donc de porter une attention particulière à ces messagers qui influent sur notre humeur et notre santé !

Et c’est d’autant plus important que notre environnement est pollué comme jamais par des perturbateurs endocriniens : le bisphénol des tickets de caisse, le plastique des bouteilles, mais aussi les additifs et les pesticides qui fourmillent dans notre alimentation.

Nous vous donnons donc, dans ce dossier du numéro d’avril de Plantes & Santé, les conseils fondamentaux pour vivre en harmonie avec votre système endocrinien.

Des glandes très précieuses

Les hormones, c’est tout sauf flou. Elles dépendent d’organes dont chacun remplit une fonction précise : pancréas, mais aussi glandes surrénales, sexuelles, et thyroïde.

C’est aux glandes surrénales que nous devons notre capacité d’adaptation, cette énergie que nous trouvons dans les moments clés : qu’il s’agisse d’éviter une voiture qui passe trop près de nous, ou de terminer notre travail à temps.

La vie moderne les malmène. Le café, reconnu comme un poison par notre corps, active artificiellement nos surrénales. Et les traitements à la cortisone les dérèglent. Conséquences : stress, fatigue, surmenage… voire  dépression.

Nous vous conseillons donc les plantes capables de soutenir ce système essentiel à notre rythme de vie, ainsi que des conseils utiles pour le ménager.

De la thyroïde dépend tout l’équilibre de notre organisme. Nous n’en prenons souvent conscience que trop tard. Pourtant, par une alimentation équilibrée, riche en iode notamment, nous avons la capacité de l’entretenir sans beaucoup d’efforts !

Le pancréas, de son côté, est également essentiel, car c’est de lui que dépend l’insuline, sans laquelle les cellules ne peuvent se nourrir du sucre que transporte le sang. Or, notre alimentation est devenue beaucoup trop sucrée : dix à quinze fois plus qu’il y a encore un siècle ! Le pancréas mérite d’être ménagé : la cannelle et le fenugrec offrent des solutions.

Enfin, les hormones sexuelles. C’est en général d’elles que l’on parle, lorsqu’on évoque les hormones. Du côté des femmes, surtout, mais aussi des hommes, leur équilibre est très délicat. Heureusement, les moyens de le préserver ou de le rétablir sont nombreux !

Nous vous proposons donc des racines et des tisanes, ainsi que des conseils précieux pour vivre en harmonie avec cette étonnante musique des hormones. Toutefois, le système endocrinien restant d’une grande sensibilité, il est toujours utile, et même recommandé, de consulter un praticien.

Varier les plaisirs printaniers

On parle aujourd’hui de la détox et des allergies avant même que le printemps n’arrive. Mais il ne suffit pas d’évoquer une meilleure d’hygiène de vie pour conjurer nos excès ou nos pépins de santé !

Entretenir notre équilibre et notre bien-être requiert une attention sur le long terme. Voilà pourquoi nous devons accorder l’importance qu’elle mérite à notre alimentation, mais aussi à notre repos.

Voici pourquoi, dans ce numéro d’avril, nous tenions à vous parler de cesvacances détox, qui vous proposent de remettre vos compteurs à zéro, tant du point de vue du corps que de l’esprit.

Qu’ils se déroulent dans le Vercors, dans la Somme, en Provence ou en Guadeloupe, ces séjours vous permettront de repartir sur des bases saines, le corps et l’esprit bien reposés. Tout le contraire de ces vacances où l’on se laisse aller à tous les excès !

Il s’agit là de se donner du temps, et de retrouver une harmonie intérieure. Car si nous consacrions vraiment nos vacances à nous retrouver, notre vie quotidienne n’en serait que plus agréable !

D’autre part, notre alimentation demeure notre principal allié santé. Savez-vous qu’il existe un grand nombre de farines exotiques, sans gluten ? Maïs mauve, sorgho… elles permettent de diminuer l’apport de sucres nocifs dans notre alimentation et peuvent se cuisiner à merveille ! Nous vous donnons bien entendu quelques recettes qui feront le régal de toute la famille.

Du point de vue des allergies, si courantes durant ces mois où la pollinisation bat son plein, il existe des aliments à éviter à tout prix. Si vous êtes allergique aux graminées, évitez la tomate et les cacahuètes, par exemple. Les oméga 3, le magnésium et la vitamine C jouent également un rôle central dans la défense antihistaminique. Et nous vous révélons aussi comment trouver du vin qui contient un minimum de sulfites !

À part ça, comme tout numéro de Plantes & Santé, celui d’avril vous fera voyager : dans le Var, avec l’herboriste Jean-Pôl Clesse. En montagne, parmi les épicéas, avec François Couplan. Au moulin de Dosches, près de Troyes, où un jardin biologique remet à l’honneur les plantes du Moyen Âge ! Et enfin en Afrique du Sud, dans le Cederberg, seul endroit au monde où pousse le Rooibos, cette tisane qui depuis quelques années a conquis le monde !

Portez-vous bien, et suivez vos intuitions !

Merci à Gary Laski et Plantes et Santé pour cet intéressant rappel.

Gratitude et Sérénité,

P.C