COMMENT j’ai ÉCONOMISÉ 1106 EUROS par mois ?

COMMENT j’ai ÉCONOMISÉ 1106 EUROS par mois ?

Bonjour,

Je souhaite aujourd’hui vous faire découvrir la chaîne Youtube d’Aude, hypnothérapeute et minimaliste, que j’apprécie particulièrement pour sa simplicité, sa bonne humeur et sa clarté dans ses explications sur le minimalisme.

Voici donc une de ses dernières vidéos, au titre intéressant :

COMMENT j’ai ÉCONOMISÉ 1106 EUROS par mois ?

Je vous recommande de vous abonner à sa chaîne si le minimalisme, le zéro déchet vous intéresse.

Retrouvez tous ses articles et vidéos, sur son blog Contes de Fées : https://contes-de-fees.com/

N’hésitez pas à partager votre avis sur ce que vous pensez du minimalisme.

Gratitude et sérénité,

Patrick

Pourquoi le minimalisme est fait pour vous ?

Pourquoi le minimalisme est fait pour vous ?

Le minimalisme est fait pour vous. Cela peut sembler une déclaration audacieuse et facile à faire, et c’est certainement le cas – jusqu’à ce que vous finissiez cet article.

Quand vous pensez au minimalisme, vous imaginez probablement une maison scandinave, ayant l’air élégamment dénudée. Vous auriez en partie raison dans votre démarche, mais vous vous trompez si vous tombez dans le piège de résumé le minimalisme à ce simple cliché.

Le minimalisme est centré sur l’idée qu’en éliminant l’inutile, vous accordez plus de place aux choses que vous chérissez le plus dans la vie.

Vous sentez-vous parfois submergé par les choses ? Avez-vous déjà eu l’impression d’être entraîné dans des millions de directions différentes, parce que vous vous êtes trop engagé ? Avez-vous déjà eu l’impression que vos rêves ne pourraient pas être plus inaccessibles parce que vous n’avez pas le temps de les poursuivre ? Le minimalisme est plus que d’avoir une maison parfaitement organisée et vidée. Il s’agit essentiellement de vous donner la permission de vivre intentionnellement, plutôt que de manière réactive.

Parlons maintenant de vos affaires. Beaucoup d’entre nous (et je faisais partie de cette catégorie) entretenons une relation étrange avec nos affaires personnelles. Nous nous accrochons à des choses matérielles parce que cela nous fait nous sentir bien et en sécurité: «J’en aurai peut-être besoin plus tard. Mais mon ami me l’a donné.»

Nous nous accrochons à des pantalons qui sont maintenant trop petits pour pouvoir perdre du poids, mai nous restons persuadés qu’ils nous iront bien un jour. Nous nous accrochons à un cadeau que quelqu’un nous a acheté et que nous n’avons jamais utilisé, parce que nous pensons qu’il serait impoli de s’en débarrasser. Nous trouvons une foule de raisons pour lesquelles nous devrions conserver ce que nous possédons déjà. La vérité est que nous n’achèterions pas la plupart de ces choses aujourd’hui si nous les voyions dans un magasin. Votre relation avec les choses est vraiment importante : vous récupérez votre vie (et votre belle maison) lorsque vous vous en débarrassez.

À l’origine, je considérais le minimalisme comme quelque chose d’inatteignable, voire même d’un peu ridicule. J’avais besoin de mes affaires. Ce n’est que lorsque j’ai déménagé que je me suis trouvé rapidement dépassé. Alors que je faisais mes valises, je me suis demandé: «D’où vient tout cela ? Je ne l’utilise jamais. Je n’ai pas besoin de ça.»

Ces pensées ont été constantes tout au long du processus. Je n’ai pas eu le temps de tout trier lors de l’emballage, mais le processus a commencé lorsque j’ai commencé à déballer, et s’est poursuivi depuis. J’ai commencé à lire des livres comme L’art de la simplicité de Dominique Loreau, ou Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une. Depuis mon déménagement, je me suis débarrassé de suffisamment de choses pour remplir plusieurs fois un camion !

Des vêtements, de la décoration et des « trucs au hasard » ont été l’objet de mon nettoyage par le vide. Au début, j’ai essayé de vendre tout ce dont je me débarrassais. J’ai réussis mais j’ai finalement atteint un point où je voulais juste que tout soit partis.

Depuis que j’ai donné des « wagons d’affaires », je dois vous dire que rien ne me manque. En fait, je suis impatient de me débarrasser de plus. Si je n’aime pas ça, si ce n’est pas utile, ça doit partir.

Voyons maintenant pourquoi le minimalisme peut être fait pour vous aussi.

Vous voulez une belle maison

La première étape pour avoir une belle maison consiste à avoir une maison propre. Nous sommes tous allés dans de belles maisons qui n’étaient pas très propres. Lorsque la maison n’est pas impeccable, sa beauté devient secondaire on se souviendra plus facilement du manque de rangement (vêtement qui traîne, jouets dans toutes les pièces….), que du beau tableau de maître accroché dans l’entrée !

Lorsque vous apprenez à adopter une approche différente vis à vis de vos biens, vous réalisez que vous avez réellement besoin de beaucoup moins que vous ne le pensiez. Avoir une belle maison n’est pas en avoir une automatiquement plus grande que celle que vous avez déjà. Avoir une belle maison s’obtient en conservant le meilleur de ce que vous avez déjà, et en disant au revoir à tout ce que vous n’utilisez pas.

Vous ne voulez pas être pris au dépourvu

C’est pourquoi j’ai été attiré par le minimalisme. Je me suis senti étouffé par toutes mes choses inutiles, et c’est tout. J’ai consacré une grande partie de mon temps supplémentaire à trier ces choses, à nettoyer et à organiser.

L’organisation c’est génial ! Il est tellement agréable de savoir où tout se trouve chez soi. Au début, c’est difficile à exécuter, mais c’est ensuite plus facile. Vous réalisez que peu importe à quel point vous pouvez jouer au Tetris chez vous, quel que soit votre code couleur, ce que vous voulez vraiment, c’est plus d’espace – et vous l’obtenez uniquement en ayant moins de choses qui vous envahissent inutilement.

Vous voulez vivre la vie plus pleinement

Accordez-vous plus de valeur aux expériences ou aux choses ? Si vous accordez de la valeur aux choses matérielles, votre vie ne serait-elle pas plus riche si ce n’était pas le cas ? Souhaitez-vous plutôt acheter de nouveaux bijoux ou obtenir des billets pour voir votre groupe de Rock préféré avec votre meilleur ami, et avoir ainsi des souvenirs qui durent pour toujours ?

Apprendre à retravailler la relation que nous entretenons avec nos affaires (ou notre désir d’’avoir plus) nous permet de vivre plus pleinement. Nous nous ouvrons pour faire plus d’expériences, libérer plus de temps, approfondir nos amitiés. Nous obtenons plus de valeur de la vie lorsque nous nous concentrons sur la vie réelle.

Vous ne voulez pas être attaché

Beaucoup d’entre nous atteignent un point où nous réalisons que nous avons une attitude malsaine envers les choses que nous possédons. Peut-être que votre vie est définie par des choses parce que vous voulez une vie parfaite. Vous voulez mieux et vous voulez plus. Ou peut-être que vous trouvez du réconfort dans vos affaires. Si vous vous sentez à l’aise dans vos affaires, mais dépassé par tout ce que vous avez, vous êtes dans une relation malsaine et il est temps d’arrêter tout cela pour votre bien.

Vous voulez réaliser vos rêves

Peut-être avez-vous peur que vos rêves ne soient vécus que pendant votre sommeil. Vous êtes trop engagé, surchargé de travail et stressé à jamais. Vous êtes dispersé, rebondissant d’une chose à l’autre. Tout ce que vous voulez, c’est un moment pour respirer et faire ce que vous voulez. Le stress vous empêche de vous sentir inspiré ou créatif. Ne laissez pas vos rêves passer au second plan. Le minimalisme ne s’applique pas uniquement aux choses, même si c’est le secteur le plus concret pour commencer. Si vous êtes éparpillé parce que vous êtes trop engagé, engagez-vous moins. Vous n’êtes pas obligé de tout faire – en fait, vous ne pouvez pas tout faire même si vous le voudriez. Concentrez-vous sur les choses les plus importantes pour vous et assurez-vous que ces choses soient accomplies.

Depuis que j’ai adopté le minimalisme, j’ai appris quand dire oui et quand dire non. Je dis oui aux choses qui me sont prioritaires et non aux choses que je me sens inutilement obligé de faire. Je dis oui aux choses que j’ai besoin et que j’aime, et non aux choses que je n’aime pas ou qui ne me sont pas indispensables. Je dis oui pour investir plus de temps dans mes rêves et mes relations et non pour perdre du temps à ré-organiser pour la centième fois les objets de ma vie. Je dis oui à une belle maison propre et non pour me sentir submergé par des choses dont je n’ai pas besoin. Je dis oui pour prendre le contrôle de ma propre vie et non pour vivre de manière réactive. Le minimalisme est un état d’esprit et dans cet ajustement d’attitude, j’ai trouvé plus de vie et de liberté.

Pour finir cet article, un mot de minimalistes confirmés :

«La vie minimaliste facilite la créativité – je travaille à domicile, alors comme je suis ici tout le temps, il me faut un lieu paisible et qui me permette de faire appel à mon imagination. J’aime aussi déplacer les choses et vivre peu me permet de le faire souvent. Je pense que la clé est de ne garder que ce dont vous avez besoin ou que vous aimez vraiment. Cela dit, cela est différent pour chaque personne et à différentes étapes de la vie. À l’heure actuelle, avec deux enfants, j’ai manifestement besoin de bien plus que ce dont j’avais besoin auparavant. La maison est pleine de couches et de videurs, de jouets, de doudous et de gobelets. Donc, pour tenter de garder le minimalisme au sein de ma famille grandissante, j’ai trouvé que l’organisation était la clé.« 

Amanda Jones de Define Magazine et AmandaJaneJones.com

«Le minimalisme (pour moi) ne concerne pas les murs blancs et les espaces de vie clairsemés. Je le vois comme une pratique continue pour ne garder que ce qui est nécessaire. Et, plus important encore, ce qui est «nécessaire» est défini par un individu. Quand tu tris, si ça fait bouger ton coeur, cela reste ; si ce n’est pas le cas, cela s’en va.»

Kate Arends of Wit & Delight

Paix et Sérénité,

P.C

21 illustrations minimalistes et intelligentes, qui vont forcément vous faire rire ! Bien pensé !

21 illustrations minimalistes et intelligentes, qui vont forcément vous faire rire ! Bien pensé !

 

Tango, un illustrateur chinois, réalise de magnifiques illustrations qui font réfléchir et rire ! Son originalité ne passe pas inaperçue sur le net… Jetez un coup d’œil et prenez le temps d’admirer son travail si précis, souvent humoristique, qui caricature son quotidien.
1. Stratégie pour endormir le prédateur…

2. Chien-saucisse : l’explication

3. Le chatrapluie

4. Deux petits chats très joueurs

5. La vérité sur les cheveux d’Elvis

6. Comment consoler un bébé poulpe

7. Quand la musique tombe dans l’oreille d’un sourd…

8. Attention, cela risque de vous retourner le cerveau…

9. Faire semblant de travailler

10. Cure de minceur

11. Zorro va au lit

12. Une chaise fait un rêve érotique…

13. Le rêve d’un cheval à bascule

14. Meurtre au fast-food : Inspecteur Soda mène l’enquête

15. Ville agressive

16. La Sorcière des temps modernes

17. Attention à ce que ça cuise dans les deux sens

18. Le selfie avant tout !

19. Faire la fête quand on est marié, c’est plus pareil.

20. Test : avez-vous l’esprit mal placé ?

21. Ciel, mon mari !

Génial, non ?

Merci à Sabrine Zahran pour ces images…:-)
Paix et Gratitude,
P.C
Connaissez-vous le minimalisme alimentaire ? (FAST-5)

Connaissez-vous le minimalisme alimentaire ? (FAST-5)

Merci à Damien Casoni pour cet article qui résume ma pratique alimentaire (ou du moins ce vers quoi je tends…:-))

Les premiers hommes vivaient ainsi car ils ne connaissaient ni l’élevage ni l’agriculture.

Plus tard, les dévots le pratiquaient pour se purifier et se rapprocher de leurs dieux.

Aujourd’hui, un nombre croissant d’occidentaux le redécouvrent et en tirent des bienfaits aussi variés qu’une perte de poids durable et une longévité scientifiquement prouvée…

• Le minimalisme alimentaire : le jeûne intermittent
Définition :

• Jeûne : période d’abstention alimentaire volontaire = ni manger ni boire quoique ce soit de calorique.

• Intermittent : de manière épisodique, sur des durées relativement courtes.

Sauter un repas est donc une forme simple de jeûne intermittent, bien que les jeûnes les plus efficaces requièrent une durée de 16 à 24 heures.

Bande, Fourche, Régime Alimentaire, La Santé, Perte

Le jeûne que je pratique est appelé Fast-5, et vous pouvez télécharger un livre numérique GRATUIT et complet par l’auteur de cette méthode ici même : www.fast-5.com

Je vous le résume cependant en deux phrases :

Il s’agit de manger à volonté… uniquement dans une fenêtre régulière de 5 heures toutes les 24 heures.

En dehors de ces 5 heures ou tout est permis, aucune calorie ne doit être ingérée. Sont donc uniquement autorisés l’eau (et en quantité !), le thé et le café (sans sucre évidemment).

• Mais pourquoi tu fais ça ?!

Car comme beaucoup de monde je suis un obsédé de la bouffe.

Car comme un nombre croissant d’occidentaux je suis en surpoids, depuis plus d’une dizaine d’années, et je refuse de continuer ainsi !

J’ai donc cherché, et trouvé par le Fast-5, un moyen à long terme de changer mes habitudes alimentaires pour arriver à réussir mon défi qui est le suivant :

En juin 2012, je serais passé de 104 cm à 94 cm de tour de taille, en optimisant mon alimentation (par le jeûne intermittent et un choix de nourriture de qualité) et en augmentant mes exercices physiques.

• Est-ce vraiment bon pour la santé ?

Les bénéfices du jeûne intermittent semblent impressionnants et sont corroborés par de nombreux pratiquants :

  1. une perte de gras assez rapide (500 g par semaine en moyenne)
  2. une stabilisation de l’insuline, bénéfique pour les diabétiques et qui empêche la reprise de poids typique des régimes yo-yo
  3. une réduction de la pression sanguine
  4. une sensation de faim diminuée sur le long terme
  5. une attirance accrue pour la nourriture saine
  6. une énergie croissante au quotidien
  7. une sensation de clarté mentale inégalée
  8. une longévité assurée grâce au principe de Restriction Calorique

Que de belles promesses ! Sont-elles vraies ?

Comme toujours, il n’y a qu’une seule façon de le vérifier : essayer par soi-même !

Voici pourquoi après avoir relaté mon chemin vers la simplicité matérielle, ce blog servira maintenant également à suivre mon Raccourci Minimaliste vers la minceur, la santé et la vitalité !

Bande, Avis, Stylo, Régime Alimentaire

Je suis persuadé que vous avez de nombreuses questions et arguments sur le sujet du jeûne intermittent. Je compte bien en parler donc dans les semaines qui suivent mais en attendant je ne saurais que trop vous conseiller de faire vos propres recherches sur le sujet, en français, ou en anglais sous le terme « Intermittent Fasting ».

Je suis également persuadé qu’il se trouve parmi vous des pratiquants du jeûne volontaire, sous quelque forme que ce soit.

Ce serait en ce cas un plaisir que d’avoir ci-bas votre petit témoignage sur votre expérience.

Quelle méthode avez-vous ou pratiquez-vous encore aujourd’hui ?

Comment l’avez-vous découverte ?

Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Au plaisir de vous lire !

Paix et Gratitude,

P.C

La sagesse de la simplicité

La sagesse de la simplicité

Simplifier signifie affronter la vie avec clarté, sans distractions inutiles. Cela signifie affronter la vie telle qu’elle est. La sagesse de la simplicité est un thème aux racines profondes. La grande valeur et les avantages énormes de la vie simple sont présentes dans toutes les grandes traditions de sagesse du monde.

Jésus a enseigné, par ses paroles et son exemple, que nous ne devrions pas faire de l’acquisition de biens matériels notre principal objectif dans la vie. Les traditions spirituelles orientales comme le bouddhisme, l’hindouisme et le taoïsme, ont également encourager une vie de modération matérielle au profit d’une recherche spirituelle plus importante. Les Grecs, les puritains et les quakers soulignent la même chose que les transcendantalistes, dont la pensée est bien illustré par la vie et les écrits d’Emerson et de Thoreau.

La vie simple

La vie simple n’est pas une nouvelle invention sociale – ce qui est nouveau, c’est l’urgente nécessité de réagir aux conditions écologiques dans lequel l’humanité se trouve.

L'Art de la simplicité par [LOREAU, Dominique]
Un des livres qui a changé ma vie….
Simplifier sa vie, c’est l’enrichir. Notre société de consommation vous dit le contraire ? Ne le croyez plus. 

Installée au Japon depuis de longues années, Dominique Loreau s’est imprégnée du mode de vie de son pays d’adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du « moins pour plus  » appliqué à tous les domaines,du matériel au spirituel.
Épurez votre intérieur, videz vos armoires, abandonnez vos achats compulsifs,mangez plus frugal, prenez soin de votre corps et donc de votre esprit… De l’art de vous sentir bien chez vous à l’art de vous sentir bien en vous, elle transpose ces préceptes à l’usage des femmes occidentales.
Toutes les approches pour vous sentir bien dans votre corps et dans votre tête, mieux avec vous-même, donc mieux avec les autres : vivre zen, telle est la clé de l’harmonie.

L’élégance, le bien-être et le mieux-vivre : inspiré des philosophies orientales, voilà ce que propose L’Art de la simplicité.

La simplicité de l’artiste

La simplicité est une sorte de sagesse. Il s’agit d’une illumination complète de situations compliquées, vécues après avoir atteint un niveau supérieur.

La simplicité est une sorte de beauté et un état de haut niveau que les sages ont atteint.

Mais ce qui est simple n’est pas brut ou primitif. Une personne demanda à un artiste de créer le tableau d’un cheval à partir d’une image. L’artiste répondit qu’il lui faudrait 10 ans pour le réaliser et invita son client à revenir à ce moment là pour récupérer sa commande. Après 10 ans, cette personne est venue chercher sa photo et sa peinture.

L’artiste l’amena dans son studio. Il sortit un toile vierge et peint le cheval avec un geste rapide et assuré. La personne vu très surprise, admirative mais déçu. Elle demanda à l’artiste: « Pourquoi m’avez-vous demandez d’attendre 10 ans, pour peindre un tableau aussi vite, et avec une telle facilité ? »

L’artiste ne lui répondit pas. Au lieu de cela, il conduisit son interlocuteur dans une autre pièce. Elle était remplie du sol au plafond d’esquisse de chevaux. L’artiste dit alors à son client, avec un profond soupir : « J’ai passé 10 ans à perfectionner les compétences nécessaires pour peindre aussi rapidement l’image que vous m’avez confié. »Minimalisme - La quête du bonheur et de la liberté par la simplicité par [Crillen, Judith]

La simplicité de la sagesse exige donc une longue période de temps pour devenir naturelle

C’est un état d’esprit qui ne peut être atteint qu’après un entraînement régulier. Pour vivre bien, il faut être simple et tout faire pour se faciliter les choses. Être simple n’est pas ennuyeux, mais demande une surveillance constante de ses aspirations, pour empêcher à la complication d’envahir sa vie. Le minimalisme est la voie royale pour se simplifier la vie sur tous les plans.

Paix et Gratitude,

P.C

 

5 idées pour se désintoxiquer de cette envie d’avoir toujours plus ?

5 idées pour se désintoxiquer de cette envie d’avoir toujours plus ?

S’il y a quelque chose dont on essaie de se débarrasser une fois convaincu par les bienfaits du minimalisme, c’est de cette envie constante d’avoir toujours plus.

Nous étions tellement habitués à avoir rapidement ce que nous voulions que nous croyons qu’il est normal d’acheter tout de suite ce qui nous fait envie, et de le ramener à la maison. Et ceci sans nous poser vraiment la question sur le besoin fondamental que remplit cet objet dans nos vies. Nous assouvissons une envie passagère. Cet achat nous fait du bien sur le moment, et nous en sommes contents.

Le problème c’est qu’une semaine après, la plupart du temps, l’objet en question se retrouve encore dans son emballage. Parce qu’on n’a pas eu le temps de s’en occuper. Parce qu’on avait mieux à faire finalement. Et il se retrouve vite sur un tas d’autres objets du même acabit : des choses achetées sur un coup de tête ou reçues en cadeau, des gadgets qui ne répondent pas à un vrai besoin, mais qu’on a voulu chez nous pour combler notre besoin de l’acquérir.

Mais alors, que faire pour se désintoxiquer de cette envie d’avoir toujours plus ? De ce geste presque automatique d’achat ?

Voici quelques idées à se remémorer pour en finir avec cette envie. A vous de choisir ce qui vous parle :

#1 – Ne plus faire du shopping un hobby

C’était ma première erreur avant de connaitre le minimalisme. Je considérais le shopping comme un hobby. Un moyen de passer un bon moment. L’objet acheté en question devenant le petit trophée à la fin de la journée, récompense d’une demi-journée passée à arpenter les allées des magasins.

Si vous voulez arrêter d’acheter n’importe quoi. N’allez faire les magasins que quand il vous manque vraiment quelque chose. J’ai remarqué que c’était quand je n’avais besoin de rien que je ramenais beaucoup plus de choses à la maison. Quand j’y vais pour quelque chose de précis, bien souvent je ne ramène que cette chose pour laquelle je suis sortie. Ou je peux même rentrer bredouille si je n’ai pas trouvé ce qu’il me fallait.

#2 – Penser à tout ce que vous avez déjà chez vous

Si l’envie vous tente d’acheter un petit gadget, souvenez-vous de tous ces gadgets que vous avez déjà chez vous. Voulez-vous vraiment en rajouter un de plus ?

Tous ces objets que vous avez chez vous est le fruit de nombreuses années d’accumulation. Si vous êtes convaincu que le minimalisme peut vous apporter la vie plus légère, plus libre et plus zen que vous souhaitez, arrêtez dès aujourd’hui ce flux entrant d’objets chez vous.

#3 – Penser à l’endroit où vous allez le ranger

Cette idée m’a été soufflée par ma cousine (minimaliste, elle aussi 😉 ) et ça me parle beaucoup aussi. A l’achat d’un objet, elle se demande déjà où elle va ranger l’objet en question. Il y a en général 3 possibilités :

  • soit on a l’espace pour le ranger, mais on se demande si on veut vraiment « encombrer » ce bel espace vide par ce nouvel objet
  • soit on n’a pas l’espace, et on se rend compte que cet objet n’est pas si indispensable que ça
  • soit on n’a pas l’espace, et on décide de le mettre à la place d’un autre objet qui, lui, va sortir de la maison

Dans tous les cas, ça nous fait un peu plus réfléchir avant notre acte d’achat.

#4 – Vous remémorer votre dernière séance de tri

Haaaa les séances de tri. Moment difficile, n’est-ce pas ? Tout ce temps perdu à décider si oui ou non on veut garder un objet chez nous. Et ces précieuses minutes gâchées pour décider du sort de tous ces petits objets acquis. Que de travail, à cause de nous-même! Ça vous tente encore ? Vraiment ?

L’achat est un acte si facile sur le moment. Mais cet objet qu’on a laissé entrer dans notre vie sans qu’on en ait vraiment besoin va nous apporter plus de travail que ce simple achat.

#5 – Se demander sur la vraie plue-value de l’objet dans votre vie

Cette dernière idée est celle des « The Minimalists« . A chaque objet de notre maison, et avant chaque achat, posons-nous la question si cet objet apporte vraiment une plus-value dans notre vie. Serions-nous « incomplet » si nous ne l’avions pas ? Serait-il possible de nous débrouiller sans ?

On se rend vite compte que certains objets ne remplissent rien dans nos vies, à part cet espace qu’ils occupent et qu’ils encombrent. Ils sont là depuis tellement longtemps qu’on a du mal à s’en débarrasser, mais vraiment, que nous apportent-ils à part leur présence ? Et avons-nous vraiment besoin de cette présence ? (rappelons-le tout de même, ce ne sont que des objets).

Alors, vous avez toujours envie d’avoir encore plus de choses chez vous?

Si je fais référence aux « The Minimalists » aujourd’hui, c’est que je voulais aussi vous dire que je suis en train de lire la version française de leur livre « Everything that remains : A memoir by The Minimalists », traduit par Benjamin Cotte, et publié sous le titre « Minimalisme : un autre regard ».

The Minimalists

Vous pouvez télécharger ce livre ici, en y mettant le prix que vous voulez. Je vous conseille cette lecture. Elle apporte une autre dimension au minimalisme, car Joshua y raconte vraiment tout son parcours et toutes ses réflexions. J’écrirai un article plus détaillé sur ce livre plus tard, car certains de ses propos me parlent beaucoup et j’ai envie de partager ça ici. A bientôt sur ce sujet donc 😉

Merci au site www.mamanminimalsite.fr pour ce merveilleux rappel de minimalisme…:-)

Paix et Sérénité,

P.C

Comment arriver à désencombrer et alléger notre vie, même si on a accumulé pendant des années?

Pour recevoir automatiquement une dose d’inspiration sur le sujet dans votre boîte email et ces 2 cadeaux :

– Un ebook gratuit : « 5 points de réflexion avant le grand désencombrement », 
– Et un défi de 7 jours pour commencer à désencombrer facilement.

Rendez-vous ici : 

Le désencombrement, c’est quoi ?

Le désencombrement, c’est quoi ?

728-90

« Le désencombrement » est un processus par lequel nous nous défaisons de ce qui est superflu et compliqué. C’est la première étape vers la simplification de notre vie. Le désencombrement est un premier pas concret vers la simplicité. Chaque personne peut choisir jusqu’où elle veut se défaire du superflu et par où elle veut commencer. Il n’y a pas de règles établissant la manière de le faire, ni jusqu’où il faut aller. Toutefois, comme tout changement concret à faire dans la vie, il faut commencer quelque part. Comme le proverbe chinois le mentionne : « Un voyage de mille kilomètres commence toujours par un premier pas. »

Le premier pas du désencombrement...

Le premier pas du désencombrement…

Vous trouverez dans ces lignes une petite liste de conseils sur le désencombrement. Ils sont regroupés selon certains aspects de la vie quotidienne. Les suggestions proposées dans chaque groupe commencent par des choses faciles à faire, mais plus vous avancez dans la liste, plus les suggestions relèvent de la simplicité « pure et dure » !

Les premières étapes vers la simplicité permettent de réduire le gaspillage sans vraiment diminuer ce que nous utilisons. Les étapes suivantes permettent d’aborder graduellement ce que nous avons accumulé mais que nous n’utilisons pas. Finalement, viennent les étapes qui sont plus près de ce qu’est vraiment la simplicité volontaire. Ces étapes demandent d’accorder une attention plus soutenue aux choses que nous utilisons, à leur quantité et à ce qui en résulte.

Pourquoi « se désencombrer » ?

...parce que parfois ce n'est pas du luxe !

…parce que parfois ce n’est pas du luxe !

La première chose qu’il faut comprendre est que le désencombrement ne signifie pas de se débarrasser, avec regret, de choses qui sont vraiment importantes dans notre vie. Le but de la simplicité volontaire n’est pas de nous rendre la vie plus difficile, plus stérile ni plus vide. Plutôt le contraire !

Par le désencombrement, nous nous défaisons de ce qui est superflu, de tout ce qui nous encombre. Nous avons bien réussi à le faire si, après coup, nous nous sentons plus légers, plus libres et plus heureux. Il doit aussi être évident que notre qualité de vie s’est accrue et non le contraire.

Il y a de nombreuses bonnes raisons de désencombrer notre vie :

• En se défaisant du superflu, nous ramenons l’ensemble de nos biens à ce que nous utilisons réellement. Cela nous permet de retrouver et d’ordonner les choses plus facilement, et par conséquent d’économiser temps et énergie. Cela signifie également que le rythme de nos vies peut ralentir un peu et qu’il est plus facile de trouver ce dont nous avons besoin pour passer une belle journée.

Par le désencombrement, nous pouvons découvrir que nous avons besoin de moins d’espace pour vivre, de moins d’espace de rangement et peut-être même d’une plus petite maison ou de moins de pièces. Cette constatation peut nous permettre de réduire considérablement les frais reliés à l’habitation, aux assurances et le temps que nous accordons à l’entretien de notre domicile. Les personnes habitant dans des logements, des condominiums ou d’autres endroits loués ont parfois à payer des frais supplémentaires pour un espace de rangement. Le désencombrement peut vous permettre de libérer suffisamment d’espace pour que vous puissiez vous passer de la remise ou de l’armoire de rangement à serrure du sous-sol.

• Grâce au désencombrement, nous pouvons rendre disponibles des biens matériels, ou du moins, des ressources recyclables qui peuvent être utiles ou avoir une valeur pour d’autres personnes. Ne préfèreriez-vous pas recycler les douze caisses de bouteilles vides entassées dans le garage et recouvrer un peu d’espace ? N’est-il pas plus raisonnable que les vêtements que vous ne porterez plus servent à vêtir quelqu’un qui en a besoin plutôt qu’à encombrer votre garde-robe?

• Le désencombrement peut vous faire économiser du temps en simplifiant l’entretien de votre domicile et les tâches ménagères. Il y a moins de choses à épousseter, à laver, à cirer, à polir, à déplacer afin de laver les planchers, etc…

• Le désencombrement peut vous permettre de consacrer plus de temps, d’énergie et d’attention à vos proches ou à d’autres membres de votre famille. Moins nous comptons sur des « jouets » pour nous divertir, plus il nous semble naturel d’aller les uns vers les autres.

Le désencombrement peut ainsi contribuer directement à raffermir les liens qui unissent les familles et les communautés.

Paix et Sérénité,

P.C