Qu’est-ce qu’une vérité ?

Qu’est-ce qu’une vérité ?

Il y a très longtemps en Chine un terrible Saurien semait la terreur dans une rivière à toutes tentatives de passage. Il posait parfois une question et malheur à qui ne savait répondre correctement.

Un jour une jeune fille voulait traverser la rivière. Le crocodile se jeta en avant pour la dévorer, mais bloqué dans son élan instinctif, il lui posa la question suivante : « Connais-tu la vérité ? »

« Oui » répondit elle avec calme.

« Si tu me dis quelle est cette vérité, je ne te dévorerais pas. »

La jeune femme pensa, médita et réfléchit longuement puis répondit : « La vérité, c’est que tu vas me dévorer ». Le crocodile, gueule ouverte ébahi, estomaqué les yeux ronds, à cet énoncé de vérité resta comme paralysé et la jeune femme en profita pour passer et la rivière franchie elle était déjà loin.

Moralité

Qui dans l’histoire a dit la vérité ?
Si c’est la femme, elle a menti, mais le crocodile avait dit : « Si tu me dis la vérité, je ne te dévorerais pas« , et ne l’ayant pas fait il a dit la vérité ; par contre s’il l’avait fait elle aurait dit la vérité….

Conclusion à méditer sur ce texte Hindo-chinois du Vème siècle :

La vérité de l’un est le mensonge de l’autre.

Nous avons ici, dans cette fable Bouddhiste, le jeu des apparences à méditer…

Qu’en pensez-vous ?

Gratitude et Sérénité,

P.C

 

Silence

Silence

Le sens du silence

Il était une fois un moine solitaire qui un jour reçut la visite de plusieurs personnes. Curieuses elles lui demandèrent a quoi servait de vivre en silence.

Le moine, qui tirait juste un saut d’eau d’un puits où se trouvait une source profonde, s’arrêta un instant pour leur répondre : « Regardez dans ce puits. Que voyez-vous ? »

« Rien, on ne voit rien du tout. » répondirent-ils en se penchant.
Ayant attendu un petit moment, le moine répéta sa question : « Et maintenant que voyez-vous ? ».

Et de nouveau ils se penchèrent sur le puits. Heureux ils s’exclamèrent : « Notre reflet, on voit notre reflet ! » Le moine reprit son explication : « Voilà c’est la force du silence. J’étais en train de puise de l’eau et l’eau était troublée.

Mais une fois le calme revenu, vous pouvez vous voir dans l’eau. C’est grâce au silence que l’on peut se voir. Mais attendez encore un peu. »

Au bout d’un instant, le moine les invita une fois de plus à regarder dans le puits. « Que voyez-vous maintenant ? »

Tout le monde scruta l’eau du puits et dirent : « Maintenant on peut voir les cailloux au fond du puits ! »

« Exactement, » répondit le moine, « c’est en attendant le temps qu’il faut et en s’effaçant dans le silence que l’on peut percevoir le fond de toute chose. »

Ma cure de silence

Kankyo Tannier est nonne bouddhiste. Elle vit habituellement dans un monastère alsacien où elle s’occupe de la communication et de l’accueil. Cette année, elle a choisi de vivre seule dans une cabane au cœur de la forêt alsacienne, au plus près des animaux.

Elle exerce également une activité de journaliste (Huffington post, blog Dailyzen). La mission qu’elle se donne est de transmettre une pratique du bouddhisme au jour le jour, aussi bien dans la vie professionnelle que personnelle. Elle intervient souvent comme conférencière, notamment dans le cadre de TED. Passionnée par la voix, elle est également professeur de chant.

Ma Cure de silence. Et si on essayait le calme ? par [TANNIER, Kankyo]

Kankyo Tannier raconte dans ce livre son silence à elle, et propose de nombreux conseils pour  » faire silence  » au quotidien et vivre plus heureux.

Débordés par nos emplois du temps, les exigences de notre entourage et de notre vie professionnelle, et même notre propre petite voix intérieure, nous aspirons tous à davantage d’équilibre et de sérénité. Et si le mieux-être passait par une cure de silence ? Une démarche à la portée de tous, ici et maintenant.

Kankyo Tannier propose, avec un ton vivant, amusant, et très personnel, de nous faire partager son expérience du silence. Silence des mots, bien sûr, pour accueillir ce qui se passe autour de nous. Silence visuel aussi, quand nos yeux n’en peuvent plus de se voir imposer des informations inutiles. Silence du corps, enfin, pour apprendre à écouter ce que celui-ci a à nous dire.

Rapport au temps, respiration, auto-hypnose, écoute active, etc : elle nous donne toutes les clés nécessaires à la pratique de ce silence quotidien, au sens propre comme au sens figuré.

Paix et Gratitude,

P.C

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

Notre corps est une merveilleuse machine ! Il fait constamment équipe avec nous. Le problème, c’est que nous ne faisons pas toujours équipe avec lui !

Nous encaissons les émotions, les frustrations, les déceptions, les colères, les contrecoups, sans rien dire, sans exprimer ce que nous ressentons vraiment, trop souvent même en étouffant nos émotions pour ne pas les ressentir ou, à tout le moins, pour ne pas les montrer.

Collection d'icônes smiley Vecteur gratuit
Les émotions…

Alors le corps encaisse. Il emmagasine toutes ces émotions, alors que nous les croyons disparues à jamais. Mais non ! Une émotion ne disparaît que lorsqu’elle est vraiment vécue ! Sinon elle s’ancre dans notre corps jusqu’à ce qu’elle trouve un canal pour s’exprimer : une douleur, une blessure, une maladie, un problème quelconque.

Malgré tout, nous continuons notre vie, convaincus que ce que nous avons refoulé a disparu et que nous en sommes débarrassés. Nous poursuivons nos activités comme si de rien n’était mais au premier accroc, un torrent d’émotions refoulées refait surface d’une manière disproportionnée avec l’événement vécu. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Les autres non plus d’ailleurs ! Nous sommes submergés par la violence de nos émotions, alors que le problème actuel ne mérite pas tant d’envergure.

C’est que nos émotions, toutes nos émotions, doivent être vécues, sinon elles risquent de se retourner contre nous. Il ne s’agit pas de les laisser prendre le contrôle de notre vie et de subir leurs drames gigantesques. Il suffit plutôt de les reconnaître, de les ressentir au moment où nous les vivons, et de les accueillir pour ce qu’elles ont à nous apprendre. Chaque émotion a son message pour nous. Nous y reviendrons dans un futur article.

Le plus important, c’est de ne pas refouler. Car si l’émotion ne s’exprime pas, le corps se chargera de lui faire la place nécessaire pour s’exprimer enfin. Même si c’est 20 ans plus tard. Le corps n’oublie jamais. En neurothérapie, nous pouvons observer comment tout ce que notre corps a emmagasiné depuis notre conception est encore bien présent en nous si nous ne l’avons pas laissé s’exprimer. C’est ainsi que naissent les maladies, les malaises, les dépressions, l’anxiété, les douleurs et tant d’autres problèmes.

Pour nous guérir, il nous faut libérer les émotions enfouies. Une fois pour toutes. Ce qui s’exprime alors est libéré de notre corps et de notre vie. Mais il nous faut avoir la volonté de vivre plus léger afin de laisser aller ce qui ne nous sert plus, ce qui nous dessert même trop souvent.

Pour ne plus accumuler d’émotion non vécues, apprenons à les vivre au fur et à mesure. Pour ma part, je m’accorde un laps de temps prédéterminé, selon la gravité de la situation qui crée l’émotion : de quelques minutes à quelques jours. Mais pendant cette période, je vis intensément l’émotion et je ne me contrains pas à l’étouffer. Ainsi, elle « passe » beaucoup plus rapidement et je passe en mode solution bien plus facilement, une fois que j’ai laissé sortir ce qui me faisait souffrir. Le truc, c’est de ne pas se complaire dans la souffrance, d’où l’importance de se donner une période maximale pour exprimer ce qui a besoin de l’être.

Vivre tout ce qui nous est présenté, sans refuser l’expérience, mais en sortir grandi : n’est-ce pas là le secret de la fluidité dans notre vie ?

Merci à Diane Gagnon pour cet article inspirant..

Paix et Gratitude,

P.C

Quelle est votre idée de la rébellion et du rebelle ?

Quelle est votre idée de la rébellion et du rebelle ?

par Osho

osho

Osho est un des enseignants spirituels contemporains les plus provocants et originaux, il est difficilement catégorisable. Il captive aujourd’hui l’attention de ceux qui sont en quête de méditation et de transformation. Un de ses messages est de vivre comme un « rebelle »…ni révolté ni endormi mais comme un rebelle. Qu’est-ce que cela signifie ?

Voici une question qui a été posée oralement à Osho :

Quelle est votre idée de la rébellion et du rebelle ?

Giulia, mon idée du rebelle et de la rébellion est très simple : un homme qui ne vit pas comme un robot conditionné par le passé.
Religion, société, culture… tout ce qui est d’hier n’interfère en aucune manière dans sa façon de vivre, dans son style de vie. Il vit individuellement, pas comme un rayon dans une roue, mais comme une unité organique. Sa vie n’est pas décidée par quelqu’un d’autre, mais par sa propre intelligence. Le parfum même de sa vie est celui de la liberté – non seulement il vit en liberté, il permet à tous, à tous les autres aussi, de vivre en liberté. Il ne permet à personne d’interférer dans sa vie ; il n’interfère pas non plus dans la vie de quiconque. Pour lui la vie est si sacrée – et la liberté en est l’ultime valeur – qu’il peut tout sacrifier pour elle : respectabilité, statut, la vie elle-même.
Pour lui la vie représente ce que Dieu signifiait pour les personnes dites religieuses, dans le passé. La liberté est son Dieu.

Les hommes ont vécu à travers les âges comme des moutons, comme partie d’une foule, suivant ses traditions, ses conventions – suivant les vieilles écritures et les vieilles disciplines. Mais cette façon de vivre est anti-individuelle ; si vous êtes un chrétien, vous ne pouvez pas être un individu, si vous êtes hindou, vous ne pouvez pas être un individu.

Un rebelle vit totalement selon sa propre lumière, et pour son sens ultime de la liberté, il risque tout le reste.

Le rebelle vit dans l’instant. La foule n’est pas dans l’instant.

Les Hindous croient dans des écritures vieilles de cinq ou dix mille ans. C’est aussi le cas pour les autres religions ; le mort domine le vivant.

Le rebelle se rebelle contre ce qui est mort, il prend sa vie en mains. Il n’a pas peur d’être seul ; au contraire il jouit de sa solitude comme de l’un des plus précieux trésors.
La foule vous donne la sécurité, la sûreté, au prix de votre âme. Elle vous asservit. Elle vous donne des conseils sur la façon de vivre : ce qu’il faut faire, ce qu’il faut ne pas faire.

Partout dans le monde, chaque religion a créé quelque chose de semblable aux dix commandements – et ceux-ci furent dictés par des gens qui n’avaient aucune idée de la façon dont le futur allait être, dont la conscience allait être dans le futur. C’est comme si un petit enfant se mettait à écrire l’histoire de votre vie, ne sachant pas du tout ce que jeunesse signifie, ne sachant pas du tout ce que vieillesse signifie, ne sachant pas du tout ce qu’est la mort.

Toutes les religions sont primitives, grossières, et elles ont façonné votre vie. Naturellement, le monde entier est plein de misère : vous n’êtes pas autorisé à être vous-même.

Chaque culture veut que vous ne soyez juste qu’une photocopie, jamais votre vrai visage.

rebelle

Le rebelle est quelqu’un qui vit selon sa propre lumière, qui évolue en accord avec sa propre intelligence. Il crée son propre chemin, il ne suit pas la foule sur l’autoroute.

Sa vie est dangereuse – mais une vie qui n’est pas dangereuse n’est pas une vie du tout. Il accepte le défi de l’inconnu. Il n’avance pas dans un futur inconnu en portant les croyances d’un passé révolu. Cela a créé toute l’angoisse de l’humanité ; le passé vous prépare, mais le futur ne va jamais être comme le passé. Votre hier ne sera jamais votre demain. Pourtant, jusqu’à maintenant, c’est comme cela que l’homme a vécu : vos hier vous préparent à vos demain.

Le courage par Osho

Le courage n’est pas l’absence de peur ; c’est plutôt et justement le courage d’y faire face. D’où viennent les peurs, comment les comprendre et comment trouver le courage d y faire face ? Tels sont les thèmes évoqués dans ce livre qui est une leçon de vie droit dans les yeux .

Etre confronté à l’incertitude et aux changements est une opportunité. Plutôt que d’essayer de s’accrocher au familier, au connu, nous pouvons apprendre à apprécier ces situations comme des occasions d’aventures et d’approfondissements de la compréhension que nous avons de nous-mêmes et du monde qui nous entoure.

Le courage commence par une exploration en profondeur de la façon dont il s’exprime dans notre vie quotidienne.

Contrairement aux livres qui mettent l’accent sur des actes héroïques dans des circonstances exceptionnelles, l’accent est mis sur le développement du courage intérieur qui nous permet de mener une vie quotidienne authentique et profondément satisfaisante. C’est le courage de changer quand cela s’avère nécessaire, le courage de s affirmer contre l’opinion des autres, et le courage d’accueillir l’inconnu en dépit de nos peurs dans nos relations, dans nos carrières, ou dans ce constant voyage de la compréhension de qui nous sommes.

La préparation elle-même devient un obstacle. Vous ne pouvez pas respirer librement, vous ne pouvez pas aimer librement, vous ne pouvez pas danser librement, le passé vous a estropié de toutes les manières possibles. Le fardeau du passé est si lourd que chacun est écrasé dessous.
Le rebelle dit simplement ‘au revoir’ au passé.

C’est un processus constant ; être un rebelle signifie donc être continuellement en rébellion – parce que chaque moment va devenir du passé. Ce n’est pas que le passé soit déjà dans le tombeau – vous passez au travers à chaque instant. Désormais, le rebelle va devoir apprendre un nouvel art : l’art de mourir à chaque instant qui est passé, afin de pouvoir vivre librement dans le nouvel instant qui arrive.

Un rebelle est un processus continuel de rébellion ; il n’est pas statique. C’est là que je fais une distinction entre le révolutionnaire et le rebelle.

Le révolutionnaire est lui aussi conditionné par le passé. Il peut ne pas être conditionné par Jésus-Christ ou Gautam Bouddha, mais il est conditionné par Karl Marx ou Mao-Tsé-Tung ou Joseph Staline ou Adolphe Hitler ou Benitto Mussolini. Le révolutionnaire a sa propre bible sacrée- Das Kapital ; sa terre sainte – l’Union Soviétique ; sa propre Mecque – au Kremlin… et juste comme n’importe quelle personne religieuse, il ne vit pas selon sa propre conscience. Il vit selon une conscience créée par d’autres.
Le révolutionnaire n’est rien d’autre qu’un réactionnaire. Il peut être contre une certaine société, mais il est toujours pour une autre société. Il peut être contre une culture, mais il est immédiatement prêt pour une autre culture. Il va seulement d’une prison dans une autre prison – du christianisme au communisme – d’une religion à une autre, de l’hindouisme au christianisme. Il change ses prisons.

Le rebelle simplement sort du passé et ne permet jamais au passé de le dominer. C’est un processus constant, continuel. La totalité de la vie du rebelle est un feu qui brûle. Jusqu’au tout dernier soupir, il est frais, il est jeune. Il ne répondra à aucune situation d’après son passé ; il répondra à chaque situation selon sa conscience du moment.

Être un rebelle, pour moi, est la seule façon d’être religieux, et les soi-disant religions ne sont pas du tout des religions. Elles ont complètement détruit l’humanité, asservi les êtres humains, enchaîné leurs âmes : en surface il semble que vous soyez libre, mais au plus profond de vous, les religions ont créé un certain ordre moral qui continue à vous dominer.

C’est du même ordre que ce qu’a découvert le grand scientifique Delgado. Il a découvert qu’il y avait sept cent centres dans le cerveau humain. Ces centres sont connectés avec la totalité de votre corps, tout son système. Il y a un centre pour votre sexe, un autre pour votre intelligence et ainsi pour tout dans votre vie. Si une électrode est implantée dans un centre particulier du cerveau, un très étrange phénomène se produit. Il en fit la démonstration pour la première fois en Espagne.
Il mit une électrode dans le cerveau du taureau le plus puissant – il avait une télécommande dans sa poche – et il s’installa dans un champ, agita le drapeau rouge et le taureau se rua comme un fou sur lui.
C’était le taureau le plus dangereux d’Espagne et des milliers de personnes s’étaient rassemblées. Elles voulaient voir ce qui allait se passer – leur respiration s’arrêta, leurs yeux restèrent fixes… Le taureau s’approchait de plus en plus et ils avaient peur que Delgado soit mis à mort dans la seconde. Mais il avait dans sa poche cette petite télécommande. Quand le taureau fut tout proche de lui il poussa un bouton sans sa poche – personne ne le vit – et le taureau s’arrêta instantanément, figé sur place, comme une statue.

Depuis lors, Delgado a fait des expériences sur beaucoup d’animaux et sur l’homme aussi, et sa conclusion est que ce qu’il fait avec ses électrodes, les religions l’ont fait avec le conditionnement.
Dès sa petite enfance, vous conditionnez un enfant ; vous répétez, répétez une certaine idée laquelle vient se fixer près de son centre de l’intelligence, et cela incite le centre à faire ou à ne pas faire une certaine chose.

L’expérience de Delgado peut être dangereuse pour l’humanité. Cela peut être utilisé par les politiciens. A la naissance de l’enfant, à l’hôpital, il suffit de mettre une petite électrode dans le crâne près du centre de l’intelligence, et un système central de commande veillera à ce que personne ne devienne un rebelle. Vous serez surpris d’apprendre qu’à l’intérieur de votre crâne, il n’y a aucune sensibilité, aussi vous ne serez jamais conscient que quelque chose ait pu être implanté dans votre tête. Et une télécommande peut diriger… depuis un endroit central la totalité d’un pays peut être dirigé. Les religions ont fait la même chose d’une manière plus grossière.

Un rebelle est quelqu’un qui rejette le passé tout entier, parce qu’il veut vivre sa propre vie selon ses propres désirs, selon sa propre nature – pas selon quelque Gautama Bouddha, ou selon quelque Jésus-Christ ou Moïse. Le rebelle est le seul espoir pour le futur de l’humanité.

Le rebelle détruira toutes les religions, toutes les nations, toutes les races – parce qu’elles sont toutes pourries, anciennes, et qu’elles retardent la progression de l’évolution humaine. Elles ne permettent à personne de parvenir à sa pleine floraison : elles ne veulent pas d’êtres humains sur la terre, elles veulent des moutons.

Jésus dit continuellement : « Je suis votre berger et vous êtes mes moutons… » Et je suis toujours étonné que pas un seul homme ne se soit levé pour dire : « Quelle sorte d’absurdité dites-vous là ? Si nous sommes des moutons, alors vous êtes aussi un mouton ; et si vous êtes un berger, alors nous sommes aussi des bergers. » Depuis deux mille ans, et pas seulement parmi ses contemporains aucun chrétien n’a soulevé la question. C’est une telle insulte pour l’humanité, une humiliation tellement grande d’appeler des êtres humains des moutons, et de s’appeler lui-même le berger, le sauveur. « Je suis venu vous sauver »… et il ne put pas se sauver lui-même. Presque la moitié de l’humanité espère encore qu’il reviendra pour les sauver.

Vous ne pouvez pas vous sauver vous-même ; le fils unique de Dieu est nécessaire. Et il a promis à son peuple « Je reviendrai bientôt, durant votre vie »… et deux mille ans ont passé – beaucoup de vies se sont succédées – et il ne semble y avoir aucun signe, aucune indication… Mais toutes les religions ont fait la même chose de différentes façons. Dans la Gîta, Krishna dit que s’il y avait de la misère, s’il y avait de l’angoisse, si c’était nécessaire « je reviendrai encore et encore ».

Ces personnes, aussi belles que furent leurs paroles, n’étaient pas respectueuses de l’humanité. Un rebelle vous respecte, respecte la vie, a une profonde vénération pour tout ce qui croît, pousse, respire. Il ne se met pas au-dessus de vous, plus sacré que vous, plus haut que vous, il est juste un parmi vous. Il peut proclamer seulement une chose : qu’il est plus courageux que vous n’êtes. Il ne peut pas vous sauver – seul votre courage peut vous sauver. Il ne peut pas vous conduire, seul votre cran peut vous conduire à l’accomplissement de votre vie.

La rébellion est un style de vie. Pour moi, c’est la seule religion qui soit authentique. Parce que si vous vivez selon votre propre lumière, vous pouvez vous égarer bien des fois et vous pouvez tomber bien des fois, mais chaque chute, chaque égarement vous fera plus expérimenté, plus intelligent, plus compréhensif, plus humain. Il n’y a pas d’autre façon d’apprendre que de faire des fautes. Simplement ne faites pas la même faute à nouveau.

Il n’y a pas de Dieu, à l’exception de votre propre conscience.

Il n’y a aucun besoin d’un pape, d’un Ayatollah Khomeini, ou d’un shankaracharya pour être des médiateurs entre vous et Dieu. Ce sont les plus grands criminels du monde parce qu’ils exploitent votre faiblesse.

Il y a quelques jours le pape a déclaré un nouveau péché : que l’on ne doit pas se confesser directement à Dieu ; vous devez vous confesser par l’intermédiaire d’un prêtre. Se confesser directement à Dieu, communiquer directement avec Dieu est un nouveau péché. Etrange ! Vous pouvez voir clairement que cela n’est pas de la religion, ce sont des affaires, parce que si les gens commencent à se confesser directement à Dieu, alors qui va se confesser au prêtre et donner le l’argent à l’église ? Le prêtre devient inutile, le pape devient inutile.

Tous les prêtres prétendent qu’ils sont des médiateurs entre vous et l’ultime source de la vie. Ils ne savent rien de l’ultime source de la vie. Vous seul êtes capable de connaître la source de votre vie. Mais votre source de vie est aussi l’ultime source de la vie – parce que nous ne sommes pas séparés. Aucun homme n’est une île. Nous formons, par en-dessous, un vaste continent.

Peut-être qu’à la surface vous ressemblez à une île – et il y a beaucoup d’îles – mais au plus profond de l’océan, vous vous rejoignez. Vous faites partie d’une seule terre, d’un seul continent. C’est vrai aussi au sujet de la conscience. Mais on doit être libre des églises, des temples, des mosquées, des synagogues. On doit être juste soi-même et relever le défi de la vie où qu’il conduise. Vous êtes le seul guide. Vous êtes votre propre maître.

Autobiographie d’un mystique spirituellement incorrect

Autobiographie d'un mystique spirituellement incorrect

http://www.meditationfrance.com/

MERCI A OSHO ET AU SITE http://pensees.positives.over-blog.com POUR CE RAPPEL DE SAGESSE.

Paix et Gratitude,

P.C

Les intuitions et les synchronicités se manifestent pour vous guider..

Les intuitions et les synchronicités se manifestent pour vous guider..

james redfield prophétie andes intuition

James Redfield (photo La Vanguardia)

« Les mots qui surgissent de votre esprit pour contrôler les événements avec l’aide de la logique, s’évanouissent quand vous cessez d’obéir à votre mécanisme inconscient de domination des autres. Quand vous vous remplissez d’énergie intérieure, comme lorsque vous êtes sensible à la beauté, un autre style de pensées gagne votre esprit. Elles proviennent d’une partie plus élevée de vous-même. Ce sont vos intuitions. Elles apparaissent tout au fond de votre esprit, souvent dans une sorte de rêverie, de mini-vision, et elle se manifestent pour vous guider. »

« Au fur et à mesure que vous évoluez, vous abordez les questions importantes, qui vous servent de repère dans votre quête, et vous déterminez intuitivement la marche à suivre. Vous pressentez quelle sera l’étape suivante. Le problème dans la vie n’est pas de trouver les réponses, c’est de poser les bonnes questions. Si la question est bien posée, elle trouve toujours la réponse. Quand vous avez l’intuition de ce qui sera la prochaine étape de votre chemin de vie, il faut être sur le qui-vive, parce que tôt ou tard des coïncidences se produiront qui vous engageront dans la direction que votre intuition vous pousse à suivre. »

« Chaque fois que nous suivons une intuition, chaque fois qu’une rencontre mystérieuse nous fait avancer, notre vibration personnelle augmente. »

James Redfield, dans La prophétie des Andes

Aider les autres à trouver sa dimension spirituelle

Travailleur psychosocial dans l’état d’Alabama, James Redfield accompagne pendant 15 ans des adolescents paumés pour les aider à sortir de la violence. De cette expérience humaine profonde,  il comprend que la guérison passe par la découverte de sa propre « dimension spirituelle ». Pour cela, explique-t-il, il faut « affronter ses traumatismes pour les dépasser et trouver la sécurité intérieure » (cf interview complète en espagnol de James Redfield sur le site de La Vanguardia)
En 1993, il publie un livre qui va devenir un best seller international, The celestine Prophecy (La prophétie des Andes, en français) et s’est vendu à ce jour à plus de 20 millions d’exemplaires dans 35 pays. Le roman, qui raconte une quête initiatique à travers le Pérou, parle essentiellement du rôle des synchronicités dans nos vies. James Redfield y aborde cependant bien d’autres thèmes connexes comme la notion d’énergie, de beauté, de chemin, d’amour, d’expériences transcendantes… Et d’intuition bien sûr, pierre angulaire des révélations qui se succèdent au cours de l’histoire.
On pourra reprocher au livre une trame romancière un peu grossière, mais le lecteur comprend très vite que là n’est pas l’intérêt majeur de l’ouvrage. Redfield aurait pu écrire un livre de développement personnel, mais il a choisi une forme fictionnelle, plus facile à parcourir, et certainement plus impactante au final.
L’intérêt pour ce livre rappelle notre fascination et notre soif de compréhension face aux phénomènes des coïncidences, que Redfield assimile, comme l’intuition d’ailleurs, à la voix de « Dieu ». Dieu étant pour lui « cette connaissance supérieure contenue dans notre propre âme ».

Isabelle Fontaine
www.histoiredintuition.com

Paix et Gratitude,

P.C

Ebook Gratuit : Comment Transformer Votre Vie…(Téléchargement sans nécessité de s’enregistrer)

Ebook Gratuit : Comment Transformer Votre Vie…(Téléchargement sans nécessité de s’enregistrer)

Comment-Transformer-Votre-Vie-Livre-Telephone

« Ces instructions sont des méthodes scientifiques nous permetttant d’améliorer notre nature humaine. »

Résoudre nos propres problèmes et ceux des autres

En pratiquant les instructions présentées dans ce livre, nous pouvons transformer notre vie et passer d’un état de malheur à un état de bonheur pur et éternel. Ces instructions sont des méthodes scientifiques nous permettant d’améliorer notre nature humaine. Tout le monde a besoin d’avoir une bonne nature et un bon cœur car, de cette manière, nous pouvons résoudre nos propres problèmes ainsi que ceux des autres, et nous pouvons donner beaucoup de sens à notre vie humaine. Chaque être vivant a le même désir fondamental […]

Un cadeau spécial de l’auteur

Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso Rinpotché est un maître de méditation pleinement accompli et enseignant bouddhiste de renommée internationale, précurseur dans l’introduction d’un bouddhisme moderne dans nos sociétés contemporaines. Il est l’auteur de 22 livres de référence qui transmettent parfaitement la sagesse ancienne du bouddhisme à notre monde moderne.

Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso a un tel désir que tout le monde puisse avoir accès à ces pratiques spéciales qu’il a demandé aux Editions Tharpa de distribuer ce livre gratuitement sous forme de Ebook.

Manuel Rivero-De’Martine – Directeur des Editions Tharpa

Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso Rinpotché a fondé 1200 centres et groupes kadampa à travers le monde, qui montre des exemples authentiques de paix dans ce monde troublé. Grâce à ces centres et aux cours de méditations, programmes d’étude, journées thématiques et enseignements accessibles qui y sont proposés, chacun peut sans discrimination réaliser son propre potentiel en développant la capacité de son esprit.

En-Savoir-Plus

Comment Transformer Votre Vie est un des nombreux livres capables de changer notre vie étudié dans ces centres. Trouver ce que le centre près de chez vous a à proposer.

Enseignements près de chez vous

Comment Transformer Votre Vie sert de support à des centaines de cours et enseignements sur la méditation partout dans le monde. Si vous voulez avoir la possibilité d’étudier et d’en savoir plus sur les pratiques présentées dans ce livre, rendez-vous dans le centre de méditation kadampa (ou une de ses annexes) proche de chez-vous. Il y a des centaines de centres dans le monde, où vous pouvez rencontrer des personnes qui déjà tirent des bienfaits de la pratique des méthodes présentées dans Comment Transformer Votre Vie.

Voici certains des autres livres du Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso Rinpotché à consulter :

           

Paix et Gratitude,

P.C

Il meurt lentement….

Il meurt lentement….

Résultat de recherche d'images pour "il meurt lentement"

Il meurt lentement…

Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver
Grâce à ses yeux.

Il meurt lentement

Celui qui devient esclave de l’habitude,
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
De ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement

Celui qui évite la passion
Et son tourbillon d’émotions
Celles qui donnent la lumière dans les yeux
Et réparent les cœurs blessés.

Il meurt lentement

Celui qui ne change pas de cap
Lorsqu’il est malheureux
Au travail ou en amour
Celui qui ne prend pas de risques
Pour réaliser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N’a fui les conseils sensés.

Résultat de recherche d'images pour "il meurt lentement"

Vis maintenant

Risque-toi aujourd’hui
Agis de suite
Ne te laisse pas mourir lentement
Ne te prive pas d’être heureux.

(Pablo Neruda)

Paix et Sérénité,

P.C