CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

Notre corps est une merveilleuse machine ! Il fait constamment équipe avec nous. Le problème, c’est que nous ne faisons pas toujours équipe avec lui !

Nous encaissons les émotions, les frustrations, les déceptions, les colères, les contrecoups, sans rien dire, sans exprimer ce que nous ressentons vraiment, trop souvent même en étouffant nos émotions pour ne pas les ressentir ou, à tout le moins, pour ne pas les montrer.

Collection d'icônes smiley Vecteur gratuit
Les émotions…

Alors le corps encaisse. Il emmagasine toutes ces émotions, alors que nous les croyons disparues à jamais. Mais non ! Une émotion ne disparaît que lorsqu’elle est vraiment vécue ! Sinon elle s’ancre dans notre corps jusqu’à ce qu’elle trouve un canal pour s’exprimer : une douleur, une blessure, une maladie, un problème quelconque.

Malgré tout, nous continuons notre vie, convaincus que ce que nous avons refoulé a disparu et que nous en sommes débarrassés. Nous poursuivons nos activités comme si de rien n’était mais au premier accroc, un torrent d’émotions refoulées refait surface d’une manière disproportionnée avec l’événement vécu. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Les autres non plus d’ailleurs ! Nous sommes submergés par la violence de nos émotions, alors que le problème actuel ne mérite pas tant d’envergure.

C’est que nos émotions, toutes nos émotions, doivent être vécues, sinon elles risquent de se retourner contre nous. Il ne s’agit pas de les laisser prendre le contrôle de notre vie et de subir leurs drames gigantesques. Il suffit plutôt de les reconnaître, de les ressentir au moment où nous les vivons, et de les accueillir pour ce qu’elles ont à nous apprendre. Chaque émotion a son message pour nous. Nous y reviendrons dans un futur article.

Le plus important, c’est de ne pas refouler. Car si l’émotion ne s’exprime pas, le corps se chargera de lui faire la place nécessaire pour s’exprimer enfin. Même si c’est 20 ans plus tard. Le corps n’oublie jamais. En neurothérapie, nous pouvons observer comment tout ce que notre corps a emmagasiné depuis notre conception est encore bien présent en nous si nous ne l’avons pas laissé s’exprimer. C’est ainsi que naissent les maladies, les malaises, les dépressions, l’anxiété, les douleurs et tant d’autres problèmes.

Pour nous guérir, il nous faut libérer les émotions enfouies. Une fois pour toutes. Ce qui s’exprime alors est libéré de notre corps et de notre vie. Mais il nous faut avoir la volonté de vivre plus léger afin de laisser aller ce qui ne nous sert plus, ce qui nous dessert même trop souvent.

Pour ne plus accumuler d’émotion non vécues, apprenons à les vivre au fur et à mesure. Pour ma part, je m’accorde un laps de temps prédéterminé, selon la gravité de la situation qui crée l’émotion : de quelques minutes à quelques jours. Mais pendant cette période, je vis intensément l’émotion et je ne me contrains pas à l’étouffer. Ainsi, elle « passe » beaucoup plus rapidement et je passe en mode solution bien plus facilement, une fois que j’ai laissé sortir ce qui me faisait souffrir. Le truc, c’est de ne pas se complaire dans la souffrance, d’où l’importance de se donner une période maximale pour exprimer ce qui a besoin de l’être.

Vivre tout ce qui nous est présenté, sans refuser l’expérience, mais en sortir grandi : n’est-ce pas là le secret de la fluidité dans notre vie ?

Merci à Diane Gagnon pour cet article inspirant..

Paix et Gratitude,

P.C

Pour en finir avec la frustration !

Pour en finir avec la frustration !

Frustration...sportive !

Le Golf : le sport frustrant par excellence !

Personne n’aime se sentir frustré et pourtant, on peut apprendre à ne plus l’être. Découvrons comment.

La frustration est “l’état d’une personne n’ayant pas su satisfaire un désir et l’ayant refoulé”. La frustration nait du désaccord entre ce que l’on imagine qu’est la réalité, et ce qu’elle est en fin de compte. Le remède est donc simple. Arrêtons de croire à toutes sortes de choses, et faisons le choix de penser que nous ne savons rien de ce qui va se produire.

Arrêtons de penser que nos actions nous mèneront forcément au but. Finissons de croire que les gens sont comme-ci ou comme cela. N’ayons pas d’idées précises sur ce qui va se passer et qui finalement ne se produit pas. Cessons de nous prendre pour des devins, et nous serons plus heureux. Car en empruntant le chemin de la” non-connaissance”, vous oublierez ce qu’est même le sentiment de frustration.

Ne vous attendant à rien de particulier, et votre vie ne sera qu’une suite de surprises qui vous raviront à chaque instant. N’ayant jamais d’à priori sur rien ni personne, vous ferez face immédiatement à n’importe quel type de situation telle qu’elle se présentera réellement. Ne pensant pas à spécialement réussir, vous n’aurez pas de regrets, et vos actions ne seront jamais vaines. Elles seront librement choisies sur des bases solides, et non sur des promesses qui ne seront pas tenues par l’avenir.

Quand vous saurez marcher sur le flanc d’une montagne sans penser la gravir, quand vous saurez emprunter le chemin des commerces sans imaginer pouvoir acheter quoi que ce soit aujourd’hui, quand vous saurez complimenter une personne sans croire qu’elle en sera heureuse, alors vous serez en possession des atouts qui vous permettront d’accéder au bonheur.

Morihei Ueshiba, Fondateur de l’Aikido

“Nul ne peut m’enlever ma force puisque je ne m’en sers pas.”

Morihei Ueshiba, Fondateur de l’Aikido

N’ayant pas d’objectifs, rien ni personne ne pourra vous contrecarrer. N’ayant pas d’idées sur le monde, rien ni personne ne pourra vous déstabiliser. Ne croyant que rien est à vous, on ne pourra rien vous prendre. Quand vous saurez agir sans avoir dans l’idée de faire quoi que ce soit, vous aurez fait de la sagesse votre plus grande vertu.

En conclusion, là où d’autres voudraient ouvrir des portes, contentez-vous de tourner des poignées ! Semez des graines, mais ne vous attendez pas à voir pousser des arbres.

Il n’y a qu’en ne sachant rien, que vous pourrez un jour, comprendre le monde. Il n’y a qu’en ne faisant rien que votre action prendra tout son sens.

Et vous, vous sentez-vous parfois frustré ?

Paix et Sérénité,

P.C