CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

CE QUE VOUS N’EXPRIMEZ PAS S’EXPRIMERA TÔT OU TARD !

Notre corps est une merveilleuse machine ! Il fait constamment équipe avec nous. Le problème, c’est que nous ne faisons pas toujours équipe avec lui !

Nous encaissons les émotions, les frustrations, les déceptions, les colères, les contrecoups, sans rien dire, sans exprimer ce que nous ressentons vraiment, trop souvent même en étouffant nos émotions pour ne pas les ressentir ou, à tout le moins, pour ne pas les montrer.

Collection d'icônes smiley Vecteur gratuit
Les émotions…

Alors le corps encaisse. Il emmagasine toutes ces émotions, alors que nous les croyons disparues à jamais. Mais non ! Une émotion ne disparaît que lorsqu’elle est vraiment vécue ! Sinon elle s’ancre dans notre corps jusqu’à ce qu’elle trouve un canal pour s’exprimer : une douleur, une blessure, une maladie, un problème quelconque.

Malgré tout, nous continuons notre vie, convaincus que ce que nous avons refoulé a disparu et que nous en sommes débarrassés. Nous poursuivons nos activités comme si de rien n’était mais au premier accroc, un torrent d’émotions refoulées refait surface d’une manière disproportionnée avec l’événement vécu. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Les autres non plus d’ailleurs ! Nous sommes submergés par la violence de nos émotions, alors que le problème actuel ne mérite pas tant d’envergure.

C’est que nos émotions, toutes nos émotions, doivent être vécues, sinon elles risquent de se retourner contre nous. Il ne s’agit pas de les laisser prendre le contrôle de notre vie et de subir leurs drames gigantesques. Il suffit plutôt de les reconnaître, de les ressentir au moment où nous les vivons, et de les accueillir pour ce qu’elles ont à nous apprendre. Chaque émotion a son message pour nous. Nous y reviendrons dans un futur article.

Le plus important, c’est de ne pas refouler. Car si l’émotion ne s’exprime pas, le corps se chargera de lui faire la place nécessaire pour s’exprimer enfin. Même si c’est 20 ans plus tard. Le corps n’oublie jamais. En neurothérapie, nous pouvons observer comment tout ce que notre corps a emmagasiné depuis notre conception est encore bien présent en nous si nous ne l’avons pas laissé s’exprimer. C’est ainsi que naissent les maladies, les malaises, les dépressions, l’anxiété, les douleurs et tant d’autres problèmes.

Pour nous guérir, il nous faut libérer les émotions enfouies. Une fois pour toutes. Ce qui s’exprime alors est libéré de notre corps et de notre vie. Mais il nous faut avoir la volonté de vivre plus léger afin de laisser aller ce qui ne nous sert plus, ce qui nous dessert même trop souvent.

Pour ne plus accumuler d’émotion non vécues, apprenons à les vivre au fur et à mesure. Pour ma part, je m’accorde un laps de temps prédéterminé, selon la gravité de la situation qui crée l’émotion : de quelques minutes à quelques jours. Mais pendant cette période, je vis intensément l’émotion et je ne me contrains pas à l’étouffer. Ainsi, elle « passe » beaucoup plus rapidement et je passe en mode solution bien plus facilement, une fois que j’ai laissé sortir ce qui me faisait souffrir. Le truc, c’est de ne pas se complaire dans la souffrance, d’où l’importance de se donner une période maximale pour exprimer ce qui a besoin de l’être.

Vivre tout ce qui nous est présenté, sans refuser l’expérience, mais en sortir grandi : n’est-ce pas là le secret de la fluidité dans notre vie ?

Merci à Diane Gagnon pour cet article inspirant..

Paix et Gratitude,

P.C

Pourquoi est-ce que les autres m’énervent ?

Pourquoi est-ce que les autres m’énervent ?

Bienvenue à tous,

Voici le condensé du jour, de la puissante formation que je reçois pour (re)prendre sa vie en mains ; vous pouvez recevoir vous aussi cette formation complète et gratuite, en cliquant sur ce lien : Mon Coaching Gratuit

Piste de réflexion du jour :

Donc si « l’autre » n’est pas là pour me rendre heureux, pourquoi est-il là, dans ma vie ?

A quoi beau être en couple si la personne qui m’accompagne ne peux pas m’apporter ce que je recherche ?

Il faut bien comprendre que ce que nous recherchons, amour, connexions, etc… se trouve à l’intérieur et non à l’extérieur de vous.

L’amour est quelque chose que nous avons en nous ; ce que l’on appelle « amour » est souvent confondu avec de l’attachement et donc de la dépendance, et là il faut effectivement être deux pour ressentir cet amour. Nous devenons alors dépendant de la qualité de l’attachement que l’on se porte mutuellement et c’est un équilibre fragile.

C’est une relation conditionnelle. S’il m’apporte ce que j’attends je vais bien, sinon….

Nos relations sont donc là pour nous faire évoluer. Et tant que nous n’apprenons pas ce que nous devons apprendre, la vie nous remets sur notre chemin le même type de personne jusqu’à ce que la leçon soit comprise, ce qui explique que certains se retrouve souvent dans une succession de relations de même type.

Pourquoi donc l’autre m’énerve ?

1204797892MgXKn6.jpg

Les autres sont des miroirs qui reflètent ce que nous avons nous-même à travailler, et ils mettent devant nos yeux des travers qui nous insupportent car ils sont trop souvent…les nôtres !

Nous attirons à nous des personnes les mêmes goûts, centres d’intérêts, préférences que nous, mais aussi qui ont les mêmes choses à travailler que nous.

Les choses et les autres ne nous énervent jamais pour rien.

A méditer….:-)

Retrouvez l’intégralité de ce podcast, et recevez 1 an de coaching entièrement gratuit, en vous inscrivant dès aujourd’hui avec ce lien : Mon Coaching Gratuit

Gratitude et Sérénité,

P.C

Demeure libre de toute colère…

Demeure libre de toute colère…

Libérez-vous de la colère !

Libérez-vous de la colère !

Au sein de la tradition bouddhiste, il est enseigné que la colère est la plus négative des émotions perturbatrices, avec le désir-attachement, d’une part, et l’ignorance ou l’opacité mentale, d’autre part.

La colère se traduit par l’agression, l’aversion, la haine et l’arrogance. Toutes ces émotions sont une entrave et un obstacle à la réalisation de l’Éveil. La colère est particulièrement destructrice, tant pour soi-même que pour les autres. Elle traduit un inconfort : la personne qui l’exprime se trouve momentanément déstabilisée et déséquilibrée dans son énergie. Il est facile de répondre à la colère par de la colère.

C’est pourquoi, face à un individu manifestant ce type d’émotion, l’antidote consiste à développer en nous la compréhension et le non-jugement.

Les différentes émotions négatives s’élèvent dans l’esprit et sont créées par lui. J’ai le profond sentiment que, parallèlement à  la pratique du Reiki par exemple, une approche méditative, telle que le “calme mental” ou “l’assise silencieuse”, doit être enseignée afin d’élargir l’espace entre soi-même et ses propres émotions, et de faciliter la reconnaissance et la libération de celles-ci avant même qu’elles soient devenues actives.

Même si quelqu’un ou quelque chose d’extérieur nous met en colère, il n’est que le déclencheur, le révélateur d’un manque qui existait déjà fondamentalement en nous.

Voici ce que préconise le maître Zen Thich Nhât Hanh1 : pour savoir prendre soin de ses émotions, il est essentiel de s’entrainer à l’art de la respiration consciente.

Nous commençons par reconnaitre la présence de la colère en nous, par exemple, et nous la laissons exister, sans essayer de la supprimer ou de l’exprimer ; nous lui apportons simplement l’énergie de la Pleine Conscience et laissons notre Pleine Conscience prendre soin d’elle, tout comme une maman prend son bébé dans ses bras quand il se met à pleurer. Nous pratiquons la respiration consciente en étant assis ou en marchant.

Marcher seul dans un parc ou le long d’une rivière, accorder nos pas à notre respiration est un moyen très efficace de s’occuper de notre colère, de la calmer.

Dans son discours sur la Pleine Conscience, le Bouddha a enseigné : “J’inspire, je reconnais mon sentiment. J’expire, je calme mon sentiment.”

Si vous pratiquez ainsi, votre sentiment se calmera et l’énergie de la pleine conscience vous aidera à voir la nature et les racines de votre colère. La Pleine Conscience vous aidera à vous concentrer et à regarder profondément. C’est une vraie méditation.

La compréhension viendra après un certain temps de pratique. Vous connaitrez la vérité sur vous-mêmes et sur la personne qui était, selon vous, à l’origine de votre souffrance. Cette compréhension vous libèrera de votre colère, et transformera les racines de colères qui étaient en vous.

En même temps, votre transformation intérieure aidera à transformer l’autre.

Je voudrais, pour finir, vous conseiller un livre qui traite merveilleusement bien de ce sujet :

Un guide pour éliminer la colère de votre vie….

Un guide pour éliminer la colère de votre vie….

Ce guide vous donnera des informations réelles sur la façon dont vous pouvez recycler votre façon de penser, et comment réagir face aux choses de la vie qui, aujourd’hui, vous mettent inutilement en colère. « Comment éliminer la colère de votre vie« , ne vous apprend pas seulement à gérer votre hostilité ; il va vous aider à vous débarrasser de cet assassin, qu’est la colère ! N’hésitez surtout pas à demander un extrait gratuit de ce livre.

Paix et Sérénité,

P.C