Le visage de la bonté…

Voici une histoire qui illustre le visage de la bonté envers les autres.

Chush est une école de Brooklyn, à New-York, qui s’occupe d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage. Certains enfants font toutes leurs études à Chush, d’autres peuvent être éventuellement redirigées vers des écoles conventionnelles. Lors d’un dîner, organisé au profit de la fondation Chush, le père d’un enfant inscrit à l’école fit un discours que n’oublieront jamais ceux qui l’entendirent ce soir-là.

Après avoir chanté les louanges de l’école, et de son dévoué personnel, il s’écria : « En quoi mon fils, Shaya, est-il parfait ? Tout ce que Dieu fait , il le fait à la perfection. Mais mon fils ne peut apprendre comme les autres enfants. Mon fils ne peut retenir les faits et dates comme les autres enfants. Où est la perfection de Dieu ? » L’auditoire fut bouleversé et peiné de voir l’angoisse de ce père, mais chacun demeura silencieux, ne sachant comment répondre à cette redoutable question.

Vertus de la Bonté

Vertus de la Bonté…

« Je crois, répondit le père, qu’en créant un enfant comme celui-ci, Dieu a recherché la perfection dans la façon dont réagissent les gens à cet enfant. »

Et Il raconta ensuite l’histoire suivante :

Un après-midi, Shaya et son père passèrent près d’un parc où des enfants jouaient au base-ball. Comme Shaya les connaissait, il demanda à son père : « Penses-tu qu’ils me laisseraient jouer ? » Le père de Shaya savait que son fils n’était pas très doué pour les sports et que la plupart des garçons refuseraient de le prendre dans leur équipe. Mais le père de Shaya comprenait également que si son fils était accepté, cela créerait chez lui un sentiment d’appartenance. Le père de Shaya s’approcha de l’un des garçons et lui demanda si Shaya pouvait se joindre à eux. Le garçon regarda autour de lui pour voir ce que ses coéquipiers en pensaient, mais comme personne ne réagissait, il prit l’affaire en mains et répondit : « Nous avons six points de retard, et nous en sommes déjà à la huitième manche. Je suppose qu’il peut jouer avec notre équipe. Nous essaierons de l’envoyer au bâton à la neuvième. »

Le père de Shaya était aux anges et ce dernier affichait un large sourire. Les garçons dirent à Shaya de prendre un gant et d’aller se placer au champ centre. À la fin de la huitième manche, l’équipe de Shaya marqua quelques points, mais ils tiraient toujours de l’arrière par trois. À la fin de la neuvième, l’équipe de Shaya marqua encore un point. Il y avait à présent deux retraits et des coureurs sur tous les buts. Le point victorieux était au premier coussin, mais c’était au tour de Shaya d’aller frapper. Son équipe allait-elle le laisser aller frapper dans ces circonstances et laisser filer leur chance de gagner la partie ?

Étonnamment, on tendit un bâton à Shaya. Tout le monde savait que c’était perdu d’avance, car Shaya ne savait même pas comment tenir le bâton adéquatement, sans parler de frapper une balle. Toutefois, lorsque Shaya se présenta au marbre, le lanceur s’avança d’un mètre ou deux dans le but de lancer doucement la balle en lobe pour au moins lui donner la chance de faire contact. Le lanceur lança la première balle, et Shaya s’élança maladroitement et rata. L’un de ses coéquipiers s’approcha, et ensemble ils tinrent le bâton et firent face au lanceur en attendant la prochaine balle.

Le lanceur s’avança encore de quelques pas et lança doucement la balle vers Shaya. Voyant la balle arriver vers eux, Shaya et son coéquipier s’élancèrent et frappèrent la balle qui roula lentement sur le sol vers le lanceur. Le lanceur ramassa la balle. Il aurait été facile pour lui de lancer au premier but – Shaya aurait été retiré et la partie aurait pris fin – mais il préféra lancer la balle haut dans les airs en direction du champ droit, loin derrière le joueur de premier but. Tout le monde se mit à crier « Cours au premier, Shaya, cours au premier ! » C’était le première fois que Shaya avait l’occasion de courir jusqu’au premier but. Il se mit à galoper le long de la ligne des buts, les yeux écarquillés d’étonnement. Le temps qu’il arrive au premier coussin, le joueur au champ droit avait eu le temps de récupérer la balle. Il aurait pu lui aussi lancer au deuxième but et retirer Shaya qui ne s’était pas arrêté.

La bonté n'a pas d'étiquette...

La bonté n’a pas d’étiquette…

Mais le garçon avait compris l’intention du lanceur et lança la balle bien au dessus de la tête du joueur du troisième but. Tout le monde cria : « Cours jusqu’au deuxième, cours jusqu’au deuxième ! » Shaya poursuivit sa course vers le deuxième coussin tandis que les autres joueurs en avant de lui se dirigeaient fous de joie vers le marbre. Lorsque Shaya arriva au deuxième but, le joueur d’arrêt court de l’autre équipe courut vers lui, l’enligna vers le troisième et cria : « Cours jusqu’au troisième ! » Au moment où Shaya contourna le troisième coussin, les garçons des deux équipes se mirent à courir derrière lui en criant : « Jusqu’au marbre, Shaya ! Jusqu’au marbre ! » Shaya courut jusqu’au marbre, marqua un point et les dix-huit garçons le hissèrent sur leurs épaules et lui annoncèrent qu’il était le héros de la partie, car il venait de frapper un « grand chelem » et de donner la victoire à son équipe.

« Ce jour-là, conclut son père tandis que les larmes coulaient doucement sur son visage, ces dix-huit garçons ont atteint le niveau de perfection que Dieu avait mis en eux. »

Texte tiré du livre “Le Pouvoir de l’intention”, du Dr Wayne W. Dyer.

Et vous, avez-vous bénéficié ou fait connaitre le visage de la bonté dans votre vie dernièrement ?…..

Paix et Sérénité,

P.C

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s